Aaaaa

 

Rituels de Mizraïm
Grande Loge Symbolique 1820

 

Nous publions dans les pages qui suivent les rituels des trois premiers degrés du Rite de Misraim : Apprenti, Compagnon et Maître, constituant uniquement les degrés de toute Grande Loge Symbolique. Au-delà, s'étagent les degrés constituant le Souverain Sanctuaire des Hauts-Grades.

Ces rituels ont été d'abord publiés par une Loge genevoise du Rite de Misraïm en son Bulletin intérieur. Ils sont tirés d'un manuscrit des débuts du XIXe siècle, et peuvent être datés de 1820. Toutefois, le Rite de Misralm, ou Rite des Égyptiens, constitué en 1788 à Venise par Cagliostro au sein d'une société de protestants sociniens, utilisa d'abord ceux du Rite Égyptien de Cagliostro, puis ceux du Rite Écossais Rectifié, puis ceux du Rite Écossais Ancien Accepté, avec qui il eut des liens très étroits jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsqu'il était encore indépendant et non uni au Rite de Memphis.

Tels quels, ces rituels sont complets, et lorsqu'il manque un détail, les Loges de Memphis-Misram désireuses de les pratiquer pourront s'en référer, pour ce qui n'est pas précisé, à la tradition maçonnique commune.

Enfin, nous leur avons laissé le style un peu désuet du XIXe siècle pour mieux leur conserver leur originalité.

 

Xxxxxxxxxx

 

 

INSTALLATION DE LA LOGE

AU PREMIER DEGRE

 

A 99

APPRENTI OU PREMIER DEGRÉ

 

 

DÉCORATION

 

Tenture rouge.

Trois Lumières, une à l'est, vers le sud, deux à l'ouest, des côtés nord et sud.

A l'ouest, sont deux colonnes de bronze d'ordre corinthien, sur chaque chapiteau sont trois grenades entrouvertes ; sur le fût de la colonne, à droite en entrant, est la lettre J, et sur celui de l'autre colonne, la lettre B.

Autour de la Loge est la houppe dentelée.

Devant le trône où se place le Président, est un autel sur lequel sont posés une équerre, un compas, une Bible, un glaive et un maillet. Le trône et l'autel sont élevés au-dessus du pavé, sur une estrade de trois marches.

Un peu en avant de l'autel du trône est placé un petit autel triangulaire, nommé l'Autel des Serments.

 

HABILLEMENT

Un tablier de peau blanche, dont la bavette est relevée.

 

MARCHE

Trois pas ordinaires, en partant du pied gauche, et assemblant à chaque pas.

 

 

OUVERTURE DES TRAVAUX

 

Le Vénérable frappe un coup et dit :

Vénérable Maître

 Frère Premier assesseur, quel est le premier devoir d'un assesseur en Loge?

Premier Assesseur

C'est de s'assurer si la Loge est à couvert de toute indiscrétion des profanes.

Vénérable Maître

Faites-vous-en assurer, mon frère.

Le premier assesseur envoie son acolyte qui s'assure des portes du temple et revient lui faire son rapport. Le 1er assesseur frappe un coup et dit:

Premier Assesseur

Vénérable Maitre nous sommes à couvert.

Vénérable Maître

 dit ensuite :

Quel est votre second devoir ?

Premier Assesseur

C'est de voir si tous les Frères qui sont présents sont apprentis Maçons

Vénérable Maître

Debout et à l'ordre d'apprenti, mes Frères, face à l'Orient

Tous les Frères

Se mettent à l’Ordre d’Apprenti.

Vénérable Maître

Frères 1er et 2e assesseurs, parcourez vos colonnes respectives et veuillez-vous assurer si tous les Frères qui les composent sont apprentis.

Les deux assesseurs

Vont, chacun sur leur colonne, à commencer par le dernier, prendre le signe et le mot de chaque Frère,

Quand cet examen est terminé et que les assesseurs sont retournés à leur place,

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, tous les Frères de la colonne du midi sont apprentis Maçons

Premier Assesseur

Vénérable Maître, tous les frères de l’une et l’autre colonne sont apprentis Maçons.

Vénérable Maître

Toujours debout, dit :

Frère Deuxième Acolyte, quelle est votre place en Loge?

Deuxième Acolyte

Vénérable Maître, c'est à la droite du Premier  Assesseur où vous m'avez placé.

Vénérable Maître

Pourquoi, mon frère?

Deuxième Acolyte

Pour porter les ordres du Deuxième Assesseur et veiller à ce que les Frères se tiennent décemment sur les colonnes.

Vénérable Maître

Où se tient le Frère Premier Acolyte?

Deuxième Acolyte

A la droite du Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Premier Acolyte?

Premier Acolyte

 Pour porter vos ordres au Frère Premier Assesseur et aux officiers dignitaires, afin que les travaux soient plus promptement exécutés.

Vénérable Maître

Où se tient le Frère Deuxième Assesseur?

Premier Acolyte

Au midi, Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Deuxième Assesseur?

 

Deuxième Assesseur

Pour mieux observer le soleil à son méridien, envoyer les ouvriers du travail à la récréation, les rappeler de la récréation au travail et cela pour le bien et la prospérité de l'Ordre et de la Loge.

Vénérable Maître

Où se tient le Frère Premier Assesseur?

Deuxième Assesseur

A l'Occident, Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Premier Assesseur?

Premier Assesseur

Comme le soleil se couche à l'Occident pour fermer le jour, de même le Frère Premier Assesseur se tient dans cette partie pour fermer la Loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents et satisfaits.

Vénérable Maître

Où se tient le Vénérable Maître?

Premier Assesseur

A l'Orient.

Vénérable Maître

Pourquoi, mon Frère?

Premier Assesseur

Comme le Soleil se lève à l'Orient pour ouvrir la carrière du jour, de même le Vénérable s'y tient pour ouvrir la Loge, la diriger dans ses travaux et l'éclairer de ses Lumières.

Vénérable Maître

A quelle heure les Maçons ouvrent-ils leurs travaux au grade d'apprenti, Frère Deuxième Assesseur?

Deuxième Assesseur

Lorsque le soleil est parvenu au méridien.

Vénérable Maître

Quelle heure est-il, Frère Premier Assesseur?

Premier Assesseur

Il est midi plein et le soleil est au méridien.

Vénérable Maître

Puisque le soleil est entré au méridien et qu'il est l'heure d'ouvrir les travaux, joignez-vous à moi, Frères Premier et Deuxième Assesseurs afin de demander au Tout-Puissant qu'il daigne bénir nos travaux, afin qu'ils soient conformes à Sa loi et qu'ils n'aient d'autre but que la Gloire de l'Ordre et le bien de l'humanité.

Le Vénérable descend de l'autel, en tenant son maillet, il va se placer au milieu du temple, face à l'Orient, les deux Assesseurs à ses côtés, et tous les Frères tournés à l'Orient, il s'incline, puis dit à haute voix:

 

PRIÈRE.

« Suprême Architecte des Mondes, Source de toutes les perfections et de toutes les vertus, âme de l'univers que Tu remplis de ta gloire et de tes bienfaits, nous adorons Ta majesté suprême, nous nous humilions devant Ta sagesse infinie qui créa tout et qui conserve tout. Daigne, Être des Êtres, recevoir nos prières et l'hommage de notre amour, bénis nos travaux et rends-les conformes à Ta Loi, éclaire-les de Ta lumière divine, qu'ils n'aient d'autres buts que la gloire de Ton Nom, la prospérité de l'ordre et le bien de l'humanité. Unis les hommes que l'intérêt et les préjugés divisent, écarte le bandeau de l'erreur qui obscurcit leurs yeux, et que, ramené à la vérité par la philosophie, le genre humain ne présente qu'un peuple de Frères qui T'offrent de toute part un encens pur et digne de Toi. »

 

Vénérable Maître

Remonte à l'autel

Les deux assesseurs

Retournent à leur place.

Vénérable Maître

Frappe trois coups (la batterie du grade 0    00).

Les deux assesseurs

Frappe trois coups (la batterie du grade 0    00).

Vénérable Maître

Se couvre et glaive en main, il dit :

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les auspices du Suprême Grand Commandeur Général du 90e et dernier degré, Puissance Suprême pour la France du Rite de Misraïm, les travaux d'apprenti Maçon de Misraïm sont ouverts dans la Respectable Loge dénommée.................. et dès cet instant les Frères doivent être au point du Repos...

A moi, mes Frères.

Il fait le signe et la triple batterie du grade;

Tous les Frères

Font le signe et la triple batterie du grade;

Puis tous ensemble disent :

ALLELULIA! ALLELULIA! ALLELULIA!

Vénérable Maître

Se découvre

Premier Assesseur

Frère Deuxième Assesseur et Frères qui décorez ma colonne, les travaux sont ouverts.

Deuxième Assesseur

Frères qui décorez ma colonne, les travaux sont ouverts.

Vénérable Maître

En place, mes Frères.

 

 

ORDRE DES TRAVAUX

 

 

Vénérable Maître

Frère Secrétaire, veuillez nous donner lecture du tracé des travaux de la dernière séance.

Il frappe un coup et ajoute :

Attention, mes Frères.

Secrétaire

Donne lecture du tracé des travaux de la dernière séance.

Vénérable Maître

Après la lecture du tracé,

Frappe un coup et dit :

D. — Frères Premier et Deuxième Assesseurs, annoncez sur vos colonnes respectives que si quelques Frères ont des observations à faire sur la rédaction du plan parfait des travaux, la parole leur est accordée.

Premier Assesseur

Frappe un coup

Si quelques Frères ont des observations à faire sur la rédaction du plan parfait des travaux, la parole leur est accordée.

Deuxième Assesseur

Frappe un coup

Si quelques Frères ont des observations à faire sur la rédaction du plan parfait des travaux, la parole leur est accordée.

Premier Assesseur

Vénérable Maître,  le silence règne sur l'une et l'autre colonne.

Vénérable Maître

Demande les conclusions du Frère Orateur et fait donner l'approbation de l'assemblée;

 Puis s'adressant au Maître de Cérémonies, il lui dit.

Frère Maître de Cérémonies, veuillez-vous transporter dans le parvis du temple et vous assurer s'il y a des visiteurs.

Maître des Cérémonies

Se transporte dans les parvis et revient faire son rapport entre les deux assesseurs;

Il va ensuite déposer sur l'autel les certificats de ces Frères et retourne leur tenir compagnie.

Vénérable Maître

Fait remettre les certificats à l'Orateur pour les vérifier et il envoie l’expert tuiler les visiteurs et prendre leur seing pour le vérifier;

Après ces diverses vérifications, le Vénérable dit:

Frère Couvreur, annoncez au Maître des Cérémonies qu'il peut introduire les visiteurs et annoncer leurs degrés, afin qu'ils en reçoivent les honneurs.

Couvreur

Frère Maître des Cérémonies pouvez-vous introduire les visiteurs et annoncer leurs degrés, afin qu'ils en reçoivent les honneurs.

Maître des Cérémonies

Frappe en Apprenti à la porte du temple

Premier Assesseur

Vénérable Maître, les visiteurs demandent l’entrée du Temple

Vénérable Maître

Accordez-leur l'entrée du Temple.

Maître des Cérémonies et les Visiteurs

Se placent entre les deux assesseurs debout et à l'ordre.

Vénérable Maître

Très Chers Frères visiteurs, d'où venez-vous?

Visiteur

Vénérable Maître du Temple de la Sagesse. (Les Frères des Rites écossais et français répondent : de la Loge de Saint-Jean de Jérusalem.)

Vénérable Maître

Qu'en apportez-vous?

Visiteur

Joie, Santé et Prospérité à tous mes Frères.

Vénérable Maître

N'apportez-vous rien de plus?,

Visiteur

Le Maître de ma Loge vous salue par 3 fois 3.

Vénérable Maître

Qu'y fait-on?

Visiteur

On y élève des temples à la vertu et l'on y creuse des cachots pour les vices.

Vénérable Maître

Que venez-vous faire ici?

Visiteur

Vaincre mes passions, soumettre mes volontés aux vôtres et faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie.

Vénérable Maître

Que demandez-vous, mon Frère?

Visiteur

Une place parmi vous.

Vénérable Maître

Elle vous est acquise. Frère Maître des Cérémonies, conduisez le Très Cher Frère à la place qui lui est destinée.

NOTA. - On rend les honneurs maçonniques à tous les Frères décorés des hauts grades dans quelque rite que ce soit, et on rend les grands honneurs aux Vénérables, aux députations des Loges, consistoires et aux grands dignitaires de tous les Rites.

Les honneurs à rendre en Loge sont :

1) Les grands honneurs, au Vénérable fondateur et au Vénérable titulaire. Aux Grands Maîtres 90° et dernier degré. Aux Grands Maîtres des Rites étrangers et à leurs Grands officiers. Aux députations et aux Vénérables des Loges.

Ces honneurs consistent à les recevoir avec sept Lumières, les Maillets battants jusqu'à l'Orient et la voûte d'acier.

2) Les moyens honneurs, savoir : cinq étoiles et la voûte, aux Frères décorés des hauts grades des 4° et 3° séries.

3) Aux deux assesseurs, les petits honneurs, savoir : trois étoiles et la voûte d'acier; aux Frères décorés des hauts grades des divers Rites.

On ne rend point d'honneurs aux membres de la Loge, quel que soit leur grade, à l'exception du Vénérable et des deux assesseurs

 

 

 

RÉCEPTION

 

Lorsqu'il doit y avoir réception :

 

Vénérable Maître

Frère Expert, allez-vous assurer si le profane est arrivé.

Expert

Sort et revient faire son rapport;

Vénérable Maître

Retournez auprès du profane, assurez-vous de sa personne en sorte qu'il ne puisse rien entendre de ce qui se passe parmi nous et attendez près de lui les ordres de l'atelier pour le soumettre aux épreuves ou l'écarter tout à fait de ces lieux.

Expert

Sort.

Vénérable Maître

Mes Frères, les renseignements qui nous sont parvenus sur le profane N... lui ayant été avantageux, les conclusions des Frère commissaires, celles du F Orateur et le dépouillement du scrutin lui ayant été favorables, l'ordre du jour amène sa réception, êtes-vous d'avis que l'on y procède?

Tous les Frères lèvent la main pour marquer leur non-opposition.

Le Vénérable peut recevoir de nouveau le serment du Frère présentateur sur les qualités du candidat.

Vénérable Maître

Frère Deuxième Expert, allez auprès du profane et faites rentrer le Frère Premier  Expert.

Celui-ci rentré

Vénérable Maître

Mon Frère, c'est à vous qu'est confiée l'auguste fonction de soumettre le néophyte aux épreuves physiques, de le diriger dans les voyages mystérieux, de le faire passer par les quatre éléments qu'il doit traverser avant de parvenir à la porte du Temple. Faites-lui faire, avant tout, son testament, afin que nous connaissions la manière dont il dispose des biens que Dieu lui a répartis. Faites-vous aider d'un F qui gardera le néophyte tandis que vous viendrez, à: chaque voyage, nous rendre compte de son progrès dans la route mystérieuse de sa purification. Allez, mon Frère, et que le Tout-Puissant soit avec vous.

Expert

Sort.

 Il rentre un instant après et apporte le testament du néophyte.

Vénérable Maître

En communique le contenu à l'atelier ainsi que sa profession de foi ou sa réponse aux trois questions suivantes :

Quel est le premier devoir de l'homme?

Quel est le second devoir de l'homme?

Quel est le troisième devoir de l'homme?

NOTA. - L'Expert peut, dans le cas où le récipiendaire ne concevrait pas le sens précis de ces questions, le diriger en lui rappelant que le Premier devoir est envers Dieu; le Deuxième envers ses semblables; et le Troisième, relatif à lui-même.

Si les réponses ne satisfont point, on peut en demander d'autres au Récipiendaire.

S'il a bien répondu

Vénérable Maître

Retournez auprès du néophyte, tirez-le du sein de la terre et des ombres de la mort; livrez-le au Frère Terrible qui lui fera faire le voyage mystérieux et lui fera traverser le Deuxième élément matériel, et venez ensuite nous rendre compte de ce Premier voyage.

Expert

Sort et va remplir les ordres du Vénérable.

Il retire le Récipiendaire du Cabinet des réflexions, lui demande si c'est bien son intention d'être reçu Franc Maçon, s'il se sent le courage de supporter les épreuves auxquelles il doit être livré.

Sur sa réponse, il le fera dépouiller en sorte qu'il ait les pieds nus (avec des pantoufles) puis il le livrera au Frère Terrible qui lui attachera une chaîne de fer aux pieds et aux mains.

Le Frère Terrible lui fait faire le Ier voyage qui doit avoir lieu en silence, il le conduit au Réservoir du Deuxième élément et lui fait traverser l'eau dans laquelle ses chaînes doivent rester. Au sortir de là, l'Expert le reçoit et lui dit :

Monsieur, quelles réflexions ont fait naître en vous le lieu dans lequel vous avez d'abord été conduit et le voyage que vous venez de faire?

Après la réponse :

Expert

Le lieu dans lequel on vous a enfermé représente le sein de la Terre d'où tout sort et où tout doit retourner, vous y avez trouvé toutes les images de la Mort pour vous rappeler que l'homme qui veut entrer parmi nous doit préalablement mourir aux vices, aux erreurs et aux préjugés du vulgaire, pour renaître à la vertu et à la philosophie objets de notre culte et de nos travaux; qu'il doit toujours être prêt à sacrifier sa vie pour ses frères; il vous a appris en même temps le sort qui attendrait celui qui parmi nous deviendrait parjure à ses serments et qui trahirait le secret de l'ordre. L'obscurité dans laquelle vous êtes plongé maintenant, l'état de: nudité dans lequel on vous a mis, les métaux, dont on vous a dépouillé soigneusement, la Chaîne de métal qui vous liait encore lorsque vous avez commencé le Premier voyage et que vous avez perdue en traversant les eaux sont autant d'emblèmes que je vous invite à graver dans votre mémoire et dont, par la suite, vous aurez l'explication si vous persistez à être admis parmi nous et à continuer ce que vous avez si courageusement commencé.

Après la réponse du récipiendaire, l'expert viendra rendre compte à l'atelier de ce Premier voyage de cette manière, en s'adressant au Frère 2e assesseurs qui le redira au premier et celui-ci au Vénérable Maître.  Le néophyte a terminé son Premier voyage; il a traversé le Deuxième élément matériel dans lequel il a commencé sa purification et il en est sorti délivré de la chaîne des préjugés dont il était accablé.

Vénérable Maître

Consent-il à continuer sa route?       

Expert

Oui, Vénérable Maître, il le désire.

Vénérable Maître

Veuillez Frère Expert, par vos soins obligeants, lui faire faire le Deuxième voyage dans lequel il doit passer par le Premier élément pur (le Feu).

Expert

Sort et va faire exécuter les ordres du Vénérable.

 Frère Terrible

S'empare de nouveau du récipiendaire et après plusieurs tours, il le fait passer dans la région du Feu; après qu'il en est sorti, l'Expert lui dit d'une voix forte :

Expert

Que demandes-tu? Consens-tu à poursuivre ta route? Je te préviens que de nouveaux dangers t'attendent, ils sont plus grands que ceux que. tu as éprouvés jusqu'à présent.

Après sa réponse,

L'idée que l'on se forme de nous dans le monde est fausse, on nous a présentés comme réunis par des motifs vagues et ridicules, tu as pu penser que la futilité fut le lien qui depuis tant de siècles a rassemblé les hommes les plus sages chez tous les peuples et dans toutes les conditions; on nous dit ennemis de la société et tu trouveras parmi nous les amis les plus ardents de leur pays et ses plus fermes appuis.

On nous a peints comme une société sans principes religieux, et la morale religieuse est le fondement de notre ordre; si nous admettons parmi nous l'honnête homme de tous les cultes, c'est qu'il ne nous appartient pas de scruter les consciences et que nous pensons que l'encens de la vertu est agréable à la Divinité de quelque Manière qu'il lui soit offert. La tolérance que nous professons n'est point le résultat de l'impiété; mais seulement celui de l'indulgence et de la philosophie. Au surplus, toute discussion relative aux opinions politiques ou religieuses est entièrement interdite parmi nous. Enfin on nous a représentés comme une société de gastronomes, tu vas connaître la boisson qui sert à nos repas (il lui donne la coupe d'amertume). Cette coupe est emblématique, comme tout ce que tu as éprouvé jusqu'ici. Consens-tu à continuer ta route?

Après sa réponse, l'Expert va rendre compte de ce voyage de cette manière :

Le candidat a pénétré dans le 3e élément, il en est sorti purifié et il a épuisé la coupe d'amertume, il persiste dans sa résolution.

Vénérable Maître

Puisqu'il persiste dans sa résolution, veuillez, mon Frère, lui faire faire le 3e tour de roue, afin qu'il achève sa purification dans le second des éléments purs. Vous l'abandonnerez ensuite à lui-même afin que le Tout-Puissant le conduise et que Sa volonté s'accomplisse.

Expert

Sort et va faire exécuter le Troisième voyage, pendant lequel le néophyte parcourt la région de l'Air au milieu de la foudre, des éclairs, de la grêle et des autres météores. A l'orage le plus épouvantable succède le calme le plus profond, après lequel l'Expert dit au néophyte :

N..., tu es sorti vainqueur des quatre éléments, je t'aban­donne à toi-même. Poursuis seul ta route et si tu en as le courage et la ferme volonté, le Tout-Puissant te conduira, je l'espère, où tu dois arriver.

Là on laisse le Récipiendaire se diriger seul un instant. Il est près de la porte du temple où sont deux Frères en robe blanche et armés de glaives; l'un d'eux dit :

Frère en robe blanche

Où vas-tu? Que veux-tu? As-tu rempli les conditions exigées pour être admis parmi nous?

Après sa réponse,

Frère en robe blanche

Sais-tu que pour entrer dans notre ordre il faut être lié par un serment terrible, qui est pour nous, dans cette vie et dans l'autre, un garant de ta discrétion? Ce serment ne blesse ni l'obéissance que tu dois au gouvernement de ton pays, ni ta croyance religieuse, ni l'honneur; consens-tu à le prêter?

(Après sa réponse.)

En voici les principaux points.

  1. Un silence absolu sur tout ce que tu verras, entendras et apprendras parmi nous.
  2. L'obligation de pratiquer les vertus qui émanent de la Divinité; de combattre les passions qui déshonorent l'homme et le dégradent; de secourir tes Frères de tous tes moyens, dût-il t'en coûter ta fortune et ta vie; d'être fidèle à ton Dieu et à ton souverain, et de donner l'exemple de l'obéissance aux lois de ton pays.
  3. Enfin, de te conformer et d'obéir aux statuts et Règlements Généraux de la Franche et Libre Maçonnerie, et aux décrets des Souverains Grands Maîtres absolus, de la Puissance Suprême du Rite de Misraïm, comme aux règlements particuliers de cette Loge. Consens-tu à prêter ce serment?

Après sa réponse,

Frère en robe blanche

Puisque tu consens à tout, je vais demander pour toi la faveur d'entrer dans le temple; mais réfléchis auparavant, car une fois que tu auras pénétré, il n'est plus de retour pour toi.

Après sa réponse, le Frère  fait frapper au néophyte trois grands coups irréguliers à la porte du temple.

Deuxième Assesseur

Frère Premier assesseur, on frappe irrégulièrement à la porte du
temple.

Premier Assesseur

Vénérable Maître, on frappe irrégulièrement à la porte du
temple.

Vénérable Maître

Voyez, mon Frère quel est le mortel assez audacieux pour oser ainsi venir troubler nos mystères.

Premier Assesseur

Frère deuxième Assesseur, voyez quel est le mortel assez audacieux pour oser ainsi venir troubler nos mystères.

Deuxième Assesseur

Frère Expert, voyez quel est le mortel assez audacieux pour oser ainsi venir troubler nos mystères.

Expert

Qui frappe?

Expert extérieur

C'est un homme libre et de bonnes mœurs qui désire être reçu Maçon.

Deuxième Assesseur

 Frère Premier Assesseur, c'est un homme libre et de bonnes mœurs qui désire être reçu Maçon.

Premier Assesseur

Vénérable Maître, c'est un homme libre et de bonnes mœurs qui désire être reçu Maçon.

Vénérable Maître

Demandez-lui son nom, son âge, son état civil et si c'est bien sa dernière volonté d'être reçu Maçon?

Premier Assesseur

 Frère Deuxième Assesseur, demandez-lui son nom, son âge, son état civil et si c'est bien sa dernière volonté d'être reçu Maçon?

Deuxième Assesseur

Frère Expert, demandez-lui son nom, son âge, son état civil et si c'est bien sa dernière volonté d'être reçu Maçon?

 (Cet ordre s'exécute.)

Vénérable Maître

Demandez-lui comment il est parvenu jusqu'aux parvis de ce temple inaccessible aux profanes?

Premier Assesseur

Frère Deuxième Assesseur, demandez-lui comment il est parvenu jusqu'aux parvis de ce temple inaccessible aux profanes?

Deuxième Assesseur

Frère Expert, demandez-lui comment il est parvenu jusqu'aux parvis de ce temple inaccessible aux profanes?

Expert

Il a renoncé au siècle, il a pénétré dans le sein de la terre et dans le séjour de la mort, il a parcouru tous les sentiers de la vie et ayant été purifié par l'eau, par le feu et par l'air, il en est sorti délivré des liens des préjugés et des souillures du vice.

Premier Assesseur

Vénérable Maître, il a renoncé au siècle, il a pénétré dans le sein de la terre et dans le séjour de la mort, il a parcouru tous les sentiers de la vie et ayant été purifié par l'eau, par le feu et par l'air, il en est sorti délivré des liens des préjugés et des souillures du vice.

Vénérable Maître

Accordez-lui l'entrée du temple. Debout, mes Frères, et à l'ordre.

Lorsque le Récipiendaire est entré, on referme les portes avec bruit et en faisant entendre des verrous.

Vénérable Maître

En place, mes Frères,

Puis s'adressant au Récipiendaire,

Qui vous a conduit ici?

Récipiendaire 

………………………………

Vénérable Maître

Où avez-vous d'abord été conduit?

Récipiendaire 

………………………………

Vénérable Maître

Quelles idées l'aspect de ce lieu a-t-il fait naître en vous?

Récipiendaire 

………………………………

Vénérable Maître

Où vous a-t-on conduit ensuite et que vous est-il arrivé?

Récipiendaire 

………………………………

Après les réponses successives à chacune de ces questions,

Vénérable Maître

Tous ces voyages sont autant d'emblèmes qui vous seront expliqués par la suite, lorsque la lumière aura brillé à vos yeux et vous aura permis de comprendre le langage de la sagesse et de la philosophie antiques. Il me reste, Monsieur, quelques questions à vous faire, à la solution desquelles est attachée la décision que prendront sur vous les membres de cette société.

Croyez-vous à un Être Suprême?

Récipiendaire 

………………………………

Vénérable Maître

Cette croyance fait honneur votre cœur et à votre raison; elle fait la base de la vraie philosophie et si quelque homme doute de l'existence du Tout-Puissant, c'est qu'il craint Sa justice.

Qu'est-ce que la vertu?

Récipiendaire 

C'est une disposition habituelle de l'âme qui porte à faire le bien.

Vénérable Maître

Quelle idée vous êtes-vous faite de notre société avant de vous y présenter et quel est le motif qui vous a fait désirer d'y être admis?

Récipiendaire 

………………………………

Vénérable Maître

 (Le Vénérable pourra encore faire diverses questions qui sont laissées à sa sagesse. Il n'oubliera pas surtout de mettre la bienfaisance du néophyte à l'épreuve,) Puis il dira:

N'est-il aucun de vous, mes Frères, qui s'oppose à la réception du néophyte N...?

(Silence général.)

Ce silence, Monsieur, vous prouve l'intérêt que vous avez inspiré aux Frères qui veulent bien abréger le temps des épreuves, Les purifications par lesquelles vous avez passé seront donc les seules auxquelles vous serez soumis; puissent-elles n'avoir laissé en vous aucune souillure et que toutes vos actions soient désormais dirigées par cette maxime de la sagesse divine, la première loi des Maçons :

NE FAIS JAMAIS À AUTRUI CE QUE TU NE VOUDRAIS PAS QUI TE SOIT FAIT ET FAIS POUR TES SEMBLABLES CE QUE TU DÉSIRES QU'ILS FASSENT POUR TOI.

Frère Maître des Cérémonies, conduisez le néophyte à l'autel
pour qu'il prête son obligation.

Maître des Cérémonies

Conduit le Récipiendaire à l'Autel des Serments.

Vénérable Maître

Mes Frères, debout et à l'ordre.

Ensuite, s'adressant au Récipiendaire, il dit :

Monsieur, consentez-vous à prêter le serment que nous attendons de vous et du contenu duquel on vous a donné connaissance avant que vous n'entriez dans ce lieu?

Récipiendaire 

 (Réponse.)

Vénérable Maître

Répétez donc avec moi :

 

OBLIGATION

 

« Je, N..., de ma libre volonté et en présence du Tout-Puissant et de cette respectable assemblée, sur le livre sacré de la loi et sur ce glaive symbole de l'honneur, jure solennellement et promets de ne jamais révéler à qui que ce soit aucun des Mystères de la Maçonnerie qui vont m'être confiés, de ne jamais les écrire, graver, tracer ou imprimer, ni former aucun caractère qui puisse les dévoiler. Je promets d'aimer mes Frères, de les aider et secourir selon mes facultés et au péril même de ma vie. Je jure de donner l'exemple de l'obéissance aux lois de mon pays et de la pratique des vertus; de travailler constamment à perfectionner mon être et à vaincre mes passions. Je promets de me conformer et d'obéir aux statuts généraux de la Franche et Libre Maçonnerie et aux décrets des Souverains Grands Maîtres absolus du 90° et dernier degré pour la France, Puissance Suprême du Rite de Misraïm, ainsi qu'aux Règlements particuliers de cette Respectable Loge. Je consens, si je deviens parjure, à avoir la gorge coupée, le cœur arraché, que mon corps soit réduit en cendres, que mes cendres soient abandonnées au souffle des vents, que ma mémoire, souillée par mon forfait, soit en exécration à toute la nature et en horreur aux gens de bien et aux Maçons des deux hémisphères. Que le Tout-Puissant me soit en aide et me préserve de tels malheurs ! Amen. »

Récipiendaire

La main sur la Bible et sur l'épée, la pointe d'un compas sur le cœur, répète après le Vénérable et dit ensuite :

Je le jure.

(Le serment doit être prononcé debout.)

Maître des Cérémonies

Place le Récipiendaire au milieu du temple.

Tous les Frères

Sont debout et à l'ordre, glaives en main dirigés vers le néophyte.

Vénérable Maître

— N..., que demandez-vous?

Récipiendaire

La Lumière.

Vénérable Maître

Frappe un coup de maillet

Premier Assesseur

Frappe un coup de maillet

Deuxième Assesseur

Frappe un coup de maillet

Vénérable Maître

Vous êtes dans les ténèbres, je vous donne la Lumière.

Le bandeau tombe et un éclair brille aux yeux du néophyte, en même temps trois cassolettes de parfum brûlent devant et aux deux côtés de l'autel et du Récipiendaire.

Ne craignez rien des armes qui sont tournées contre vous, elles ne menacent que les parjures, mais elles sont prêtes à voler à votre défense si vous avez besoin de ce secours. Si cependant, ce qu'à Dieu ne plaise, vous étiez assez malheureux pour violer le serment que vous venez de prêter, rien ne pourrait vous soustraire à ces armes vengeresses. Aucun lieu sur la terre ne pourrait vous offrir un asile; vous porteriez avec vous le signe de votre crime; le bruit de votre réprobation vous devancerait avec la rapidité de l'éclair, et partout vous trouveriez des Maçons prêts à vous infliger la punition la plus terrible.

 Tous les Frères

 Quittent leurs glaives.

Vénérable Maître

Frère Maitre des Cérémonies, conduisez ce nouveau Frère à l'autel pour que, libre de tous ses sens, il y confirme son serment.

Récipiendaire

Réitère son serment ;

Vénérable Maître

Lui pose la pointe de son glaive sur la tête et dit :

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les auspices des Souverains Grands Maîtres absolus du 90° et dernier degré, Puissance Suprême du Rite Maçonnique de Misraïm pour la France, et par les pouvoirs qui m'ont été confiés par cette Respectable Loge, je vous crée et constitue Apprenti Maçon du Rite de Misraïm et membre de la Respectable Loge de……….. à la Vallée de…………...

Le néophyte redescend de l'autel; le Maître des Cérémonies le conduit à la droite du Vénérable qui lui dit :

Vénérable Maître

Vous êtes faible et nu; je vous revêts d'un vêtement sacré pour nous (il lui passe une robe blanche). Cette robe, par sa blancheur, est l'emblème de l'innocence que vous devez toujours conserver. Recevez ce tablier (il le lui attache) que nous portons tous et que les plus grands hommes et même de grands souverains se sont fait un honneur de porter. Il est l'emblème du travail et vous donne le droit de vous asseoir parmi nous; vous ne devez jamais vous y présenter sans en être revêtu. (Il lui donne des gants blancs.) Ne souillez jamais la blancheur de ces gants en trempant vos mains dans les eaux bourbeuses du vice, ou dans le sang de vos Frères, autrement que pour la défense de la Patrie. Ils doivent vous rappeler sans cesse les engagements que vous avez contractés lors de votre admission dans le temple de la vertu. (Il lui donne des gants de femme.) Ceux-ci sont destinés à la femme que vous estimez le plus, persuadé qu'un Maçon ne peut faire un choix indigne de lui. Mon Frère, c'est là, désormais, le seul titre que vous recevrez et que vous donnerez en Loge. Nous avons, pour nous reconnaître, des signes, des mots et des attouchements.

Je vous ai déjà dit, mon Frère, que la Maçonnerie est connue dans tout l’univers ; quoiqu'elle soit divisée en plusieurs Rites, ses principes sont les mêmes et vous devez les mêmes sentiments à tous les Maçons à quelque Rite qu'ils appartiennent.

Le Vénérable l'embrasse trois fois et lui dit : Allez maintenant, mon Frère, vous faire reconnaître par le Frère Expert. Prenez place, mes Frères.

Maître des Cérémonies

Le conduit à l'Occident pour rendre à l’Expert les signes, parole et attouchements ;

Expert

Après qu'ils ont été rendus,

Frère Deuxième assesseur, les signes, parole et attouchement ont été fidèlement rendus par le nouvel initié.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, les signes, parole et attouchement ont été fidèlement rendus par le nouvel initié.

Premier Assesseur

Vénérable Maître, les signes, parole et attouchement ont été fidèlement rendus par le nouvel initié.

Vénérable Maître

Je proclame le nouveau Frère N. en qualité de membre de l'atelier

Frappe un coup

Premier Assesseur

Frappe un coup

Deuxième Assesseur

Frappe un coup

Vénérable Maître

Debout et à l'ordre, mes Frères.

 

 

PROCLAMATION

 

A la Gloire du Tout-Puissant, au Nom et sous les auspices du Souverain Grand Conseil Général du 90• et dernier degré de l'Ordre Maçonnique de Misraïm et de ses quatre séries, Puissance Suprême pour la France, séant à la Vallée de Paris : Je proclame dès à présent et pour toujours membre de cette Respectable loge le Très Cher Frère (nom et prénom) au grade d'Apprenti et vous êtes invités, Frères Premier et Deuxième Assesseur, et vous tous, mes Frères , à le reconnaître en ladite qualité et à lui prêter aide et assistance au besoin.

Après la proclamation, le Vénérable frappe un coup et dit :

Frères Premier et Deuxième Assesseur, invitez les Frères qui se trouvent sur vos colonnes respectives à se joindre à nous pour nous féliciter de l'heureuse acquisition que l'Ordre et la Loge viennent de faire d'un nouveau Frère et d'un nouvel ami.,

Premier Assesseur

Frères de la colonne du midi, le Vénérable Maître vous invite à se joindre à lui pour nous féliciter de l'heureuse acquisition que l'Ordre et la Loge viennent de faire d'un nouveau Frère et d'un nouvel ami.

Deuxième Assesseur

Frères de la colonne du Nord, le Vénérable Maître vous invite à se joindre à lui pour nous féliciter de l'heureuse acquisition que l'Ordre et la Loge viennent de faire d'un nouveau Frère et d'un nouvel ami.

Vénérable Maître

A moi, mes Frères par le signe.

Tous les Frères

Font avec le Vénérable Maître, le signe et la batterie ordinaire.

Maître des Cérémonies

Se joint au nouvel initié pour répondre de la même manière;

Vénérable Maître

Prenez place, mon Frère en tête de la colonne du Septentrion; c'est la place qu'occupent les apprentis. Méritez par votre assiduité aux travaux et par la pratique des vertus maçonniques dont vous vous êtes imposé l'obligation et dont vos Frères vous donneront l'exemple, méritez, dis-je, de pénétrer plus avant dans nos mystères et de recevoir les faveurs que les Maçons ne refusent jamais aux Frères qui s'en rendent dignes.

Lorsque le nouveau Frère a pris place, le Vénérable dit :

En place, mes Frères :

Le Frère Orateur va vous donner l'explication de tous les emblèmes qui ont accompagné votre réception. Apportez-y la plus grande attention, mon Frère. Ces emblèmes cachent les vérités les plus importantes et de leur intelligence dépendent toutes les lumières que vous êtes, par la suite, appelé à acquérir.

 

 

DISCOURS DE L'ORATEUR

 

« Mon Frère. Naguère un bandeau épais couvrait vos yeux et vous étiez plongé dans les ténèbres les plus profondes, ignorant le lieu où vous avez été conduit, ne connaissant pas même les individus à qui vous étiez confié, l'esprit frappé par les épreuves auxquelles vous étiez soumis et qui se succédaient rapidement pour vous; l'âme élevée, je le pense, par l'explication que l'on vous a donnée de quelques-uns de ces emblèmes mystérieux, afin de vous aider à lire vous-même en quelque sorte dans ce Livre de la Sagesse, vous n'étiez soutenu dans ce pénible voyage que vous venez de faire que par la tranquillité d'une bonne conscience, par votre persévérance et une confiance absolue dans le Frère auquel nous devons de vous posséder; cette confiance vous honore l'un et l'autre, et la connaissance que nous avons acquise de ses qualités nous donne la certitude de celles que nous trouverons en vous. Enfin le bandeau est tombé pour vous ; la lumière la plus vive a brillé à vos yeux ; mais encore inaccoutumés à son éclat, ils ont dû en être éblouis ».

« L'état duquel vous sortiez, la multiplicité des objets étrangers qui vous avaient entouré, l'éclat même de ce lieu auquel vous étiez loin de vous attendre et qui a dû vous paraître d'autant plus vif que vous sortiez du sein de longues et profondes ténèbres ; tout a dû porter dans votre esprit une confusion que je vais m'efforcer de dissiper en vous donnant la clef de nos emblèmes. Ces emblèmes se rattachent à des points de l'histoire des hommes. Je vais, avant de vous les expliquer, vous faire connaître l'origine de notre institution qui vous en développera le but et qui vous éclairera sur ses mystères ».

« L'esprit ardent et inquiet de l'homme est constamment porté au merveilleux ; ses sens ont besoin d'être frappés et les vérités les plus sublimes n'arrivent que difficilement à son âme si elles n'y parviennent par ces trompeurs intermédiaires. Vainement la philosophie et l'expérience convainquent chaque jour de l'infidélité de leurs rapports, le vulgaire ne reçoit, n'écoute et ne veut entendre qu’eux ; telle fut l'origine de toutes les erreurs, de toutes les superstitions ».

« Lorsque dès le berceau même du genre humain le fanatisme et la superstition déguisés sous mille formes inondèrent la terre de leurs funestes et criminelles erreurs, le culte simple et pur de l'auteur de la nature abandonné de toute part ne fut conservé que par un petit nombre de Sages adonnés uniquement à la Connaissance de la nature et à l'adoration de son auteur. Ce fut sur les bords du Nil, dans la terre de Misraïm, que fut principalement conservé ce précieux dépôt, ce feu sacré. C'est de là, et tous les peuples l'attestent, que sont sortis toutes les sciences, tous les arts; c'est là que les Sages de toutes les nations allèrent s'instruire; c'est de là qu'ils rapportèrent chez tous les peuples, avec les lumières de l'esprit, le flambeau de la raison et de la philosophie; mais l'empire de l'erreur était tel que jamais ils ne purent la montrer ouvertement aux yeux du vulgaire et que la vérité fut et demeura toujours le partage d'un petit nombre d'hommes que l'on désigne sous le nom d'initiés ».

« L'Égypte était, peut-être plus que toute autre contrée, esclave de la superstition et des fables. Des emblèmes ingénieux, imaginés avant l'écriture pour enseigner au peuple tout ce qui lui était utile pour la conservation de son Etre, des indices astronomiques destinés à diriger les travaux de l'agriculture devinrent pour le peuple autant de Divinités présidant aux objets dont ces prétendus Dieux avaient d'abord été les symboles. De là les erreurs du polythéisme et cette multitude de Divinités bizarres que se, créèrent les peuples ».

« Que durent faire les vrais Sages pour ne point être entraînés par le torrent ? Se concentrer, en quelque sorte, et ne communiquer leurs hautes connaissances qu'à des hommes éprouvés, sur les vertus, les lumières et la discrétion desquels on pouvait compter. Il fallait alors imaginer les épreuves, les mystères, les divers degrés d'initiation proportionnés aux lumières et aux facultés morales des candidats. Des initiés étrangers propagèrent dans leurs pays les Mystères qui ne consistaient partout, comme sur la terre de Misraïm, qu'à reconnaître l'utilité d'un Dieu, à pratiquer les vertus et particulièrement la bienfaisance, celle qui rapproche le plus l'homme de son auteur, à étudier la nature, à en connaître les secrets. Moïse, Orphée, Pythagore, Thalès furent autant de Sages qui communiquèrent à leurs disciples les vérités importantes de la philosophie, elles se perpétuèrent dans la Grèce, dans l'Italie, jusque dans les Gaules, mais ce fut surtout en Orient qu'elles furent le plus soigneusement conservées ».

« C'est ainsi, mon Frère, que ces vérités nous ont été transmises sous les emblèmes qui les dérobaient aux profanes dans les temps les plus reculés ».

« Cette explication a dû vous rendre intelligibles la plupart des épreuves auxquelles vous avez été soumis, je vais vous les rappeler succinctement, en vous faisant néanmoins observer que ces épreuves sont les mêmes qui avaient été adoptées par les initiés d'Égypte ».

« Avant de connaître la vérité, l'homme est esclave de l'erreur et des préjugés ; c'est ce qu'indiquent les ténèbres dans lesquelles vous étiez plongé et la chaîne dont vous étiez chargé ».

« Le voyage que l'on vous a fait entreprendre est l'emblème de la vie de l'homme tiré du néant par la Toute-Puissance Divine et réservé par son auteur aux plus hautes destinées ; c'est là, mon Frère, le soutien et l'espoir de la vertu trop souvent persécutée sur la terre ».

« Vous êtes sorti faible et nu du sein de l'élément le plus grossier et vous avez passé successivement au milieu des quatre éléments. Ils figurent les divers âges de la vie et ses difficultés qui se multiplient sur les pas de celui qui travaille à sa perfection morale ».

« Dans le dernier point de ce voyage surtout vous avez opposé un front serein aux fureurs de l'orage : tel est le Sage, mon Frère, fort du témoignage de sa conscience, il ne craint ni les fureurs des méchants, ni les revers de la fortune ; il se soumet avec résignation à la volonté Toute-Puissante de la Divinité, persuadé qu'il n'est d'autre bonheur que la vertu, d'autre mal que celui de s'en écarter. Il est toujours le même au sein de l'adversité, comme au milieu de la prospérité; c'est la philosophie d'Horace que la chute même de l'univers ne saurait épouvanter ».

« SI FRACTUS ILLABATUR ORBIS, 1MPAVIDUM FERLENT RUI­NAE ».

« Telles ont été, sans doute, mon Frère, les dispositions que vous avez apportées parmi nous, et nous en avons tellement la conviction que nous avons pour vous adouci la rigueur des épreuves, que nous en avons abrégé la durée qui, chez les Egyptiens, était de trois ans avant de parvenir au point de l'initiation. C'est de là que vient l'âge emblématique d'un apprenti, qui est de trois ans, et le respect que nous avons pour le nombre trois qui renferme encore d'autres mystères que la persévérance et un travail assidu vous feront connaître ».

« Ici, mon Frère, finit ma tâche et la vôtre commence ; vous avez fait le premier pas dans le chemin de la vérité; la lumière a brillé à vos yeux, la route qui vous reste à parcourir ne doit pas vous effrayer; vous trouverez toujours tous vos Frères disposés à aplanir devant vous les difficultés. Un grand nombre de hautes et sublimes vérités vous restent encore à connaître ; redoublez de zèle pour y parvenir, le prix qui vous attend est digne de vous. »

 

SEULEMENT LES JOURS DE RECEPTION

 

Vénérable Maître

Frappe un coup.

Debout et à l'ordre, mes Frères ; avant de nous séparer, rendons grâce au Tout-Puissant des travaux de cette journée.

 

PRIÈRE

 

« Père de l'Univers, Source éternelle et féconde de lumière, de science, de vertu et de bonheur, pleins de reconnaissance pour Ta bonté infinie, les ouvriers de ce temple Te rendent mille actions de grâces et rapportent à Toi tout dé qu'ils ont fait de bon, d'utile et de glorieux dans cette journée solennelle où ils ont vu s'accroître le nombre de leurs frères continue de protéger leurs travaux et dirige-les de plus en plus vers la perfection; que l'harmonie et la concorde soient à jamais le triple ciment qui les unit! Alléluia! Alléluia! Alléluia! ».

Vénérable Maître

Frère Premier Assesseur, y a-t-il quelque chose entre vous et moi?

Premier Assesseur

Un culte, Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Quel est-il?

Premier Assesseur

C'est un secret.

Vénérable Maître

Quel est ce secret?

Premier Assesseur

La Maçonnerie.

Vénérable Maître

Êtes-vous Maçon?

Premier Assesseur

Mes Frères me reconnaissent pour tel.

Vénérable Maître

Qu'est-ce qu'un Maçon?

Premier Assesseur

Un homme libre et de bonnes mœurs, également ami du pauvre et du riche, s'ils sont vertueux.

Vénérable Maître

Quelles sont les dispositions nécessaires pour devenir Maçon?

Premier Assesseur

La première est la pureté du cœur.

Vénérable Maître

Quelle est la seconde?

Premier Assesseur

Une soumission aveugle aux formalités prescrites par la réception.

Vénérable Maître

Quelles ont été les formalités usitées dans votre réception?

Premier Assesseur

Je fus d'abord présenté par un ami vertueux que j'ai, depuis, reconnu pour Frère, puis conduit par des inconnus dans une salle contiguë à la Loge où après m'avoir demandé si mon intention était bien d'être reçu Maçon, on m'enferma dans un lieu secret.

Vénérable Maître

Que représentait ce lieu?

Premier Assesseur

Le centre de la Terre et le séjour de la mort, afin de m'apprendre que tout vient de la terre et doit y retourner; que l'homme doit constamment se tenir prêt à paraître devant le Juge Suprême; que le profane qui veut être reçu Maçon doit, avant tout, renoncer aux vices, afin de ne plus vivre que pour la vertu; et enfin, pour me rappeler cette vérité, que de même que la terre est la matière inerte, ou le plus grossier des éléments qui composent l'Univers, et que c'est par elle que commencent les voyages emblématiques, de même nous devons soumettre et purifier en nous la matière, c'est-à-dire le corps, afin de nous disposer à purifier l'esprit, c'est-à-dire l'âme.

Vénérable Maître

Que fîtes-vous dans ce lieu?

Premier Assesseur

Ma profession de foi, ensuite de laquelle un Frère me mit dans l'état où doit être tout profane qui aspire à devenir Maçon.

Vénérable Maître

Dans quel état vous mit-on?

Premier Assesseur

Un bandeau couvrait mes yeux; je n'étais ni nu ni vêtu et j'étais privé de tous métaux à la réserve d'une chaîne pesante qui m'accablait.

Vénérable Maître

Pourquoi aviez-vous les yeux bandés?

Premier Assesseur

Pour marquer les ténèbres de l'ignorance dans lesquelles vit tout homme qui n'a pas vu la lumière.

Vénérable Maître

Pourquoi n'étiez-vous ni nu ni vêtu?

Premier Assesseur

Pour exprimer l'état de faiblesse de l'homme esclave des préjugés et de l'erreur.

Vénérable Maître

Pourquoi vous priva-t-on de tous vos métaux et vous chargea-t-on d'une chaîne pesante ?

Premier Assesseur

Les métaux étant l'emblème des vices, on m'apprit par là qu'il fallait y renoncer pour devenir Maçon, la chaîne était le symbole des préjugés dont je devais me dépouiller comme je le fus de la chaîne au 1er point de ma purification.

Vénérable Maître

Que vous fit-on faire dans cet état?

Premier Assesseur

On me fit entreprendre un long et pénible voyage.

Vénérable Maître

Que signifiait ce voyage?

Premier Assesseur

Outre un sens propre, savoir ma purification et ma préparation à recevoir les secrets importants qui devaient m'être confiés, il offrait encore un sens moral et représentait toutes les vicissitudes de la vie humaine, depuis la naissance jusqu'à la mort; il avait, en outre, un sens physique et mystérieux et il présentait l'image de la nature et donnait aux Sages la clef de tous les secrets et des hautes connaissances.

Vénérable Maître

Où vous conduisit ce voyage?

Premier Assesseur

A une piscine salutaire d'où je sortis libre des entraves qui m'accablaient. Alors un ami m'expliqua une partie des vérités cachées sous les emblèmes de ce 1er voyage.

Vénérable Maître

Que fit-on de vous alors?

Premier Assesseur

Après s'être assuré que je persistais dans ma résolution, ce Frère me fit continuer ma route.

Vénérable Maître

Quels obstacles éprouvâtes-vous?

Premier Assesseur

Un brasier ardent se trouva devant moi et je fus contraint de le traverser.

Vénérable Maître

Que signifiait ce brasier?

Premier Assesseur

La violence des passions, la fougue de la jeunesse, qui sont autant d'obstacles à la perfection morale de l'homme.

Vénérable Maître

Que fîtes-vous au sortir de ce 3° élément?

Premier Assesseur

Un Frère me présenta une liqueur amère, emblème des chagrins et des dégoûts que l'homme éprouve dans cette vie et que le Sage supporte sans se plaindre, ensuite il m'invita à continuer ma route.

Vénérable Maître

Qu'éprouvâtes-vous dans ce 3° voyage ?

Premier Assesseur

Je fus placé dans la région de l'Air : la foudre, la grêle et tous les météores se déchaînèrent autour de moi et enfin à cette tempête affreuse succéda le calme le plus profond.

Vénérable Maître

Que signifiait cette tempête ?

Premier Assesseur

Elle peignait les embarras qu'éprouve l'homme dans l'âge mûr et jusque vers la fin de sa carrière.

Vénérable Maître

Que fîtes-vous ensuite ?

Premier Assesseur

Mon guide me laissa continuer seul ma route et je me trouvai à la porte du temple.

Vénérable Maître

Qu'y trouvâtes-vous?

Premier Assesseur

Deux Frères qui m'arrêtèrent, et après s'être assurés que j'avais passé au milieu des éléments, ils me firent connaître les obligations que je devais contracter ; après quoi ils me firent frapper trois grands coups.

Vénérable Maître

Que signifient ces trois coups ?

Premier Assesseur

Demandez et vous recevrez ; cherchez et vous trouverez ; frappez et on vous ouvrira.

Vénérable Maître

Que vîtes-vous lorsque vous fûtes entré ?

Premier Assesseur

Rien, Vénérable.

Vénérable Maître

Que fîtes-vous?

Premier Assesseur

Le Vénérable me fit diverses questions auxquelles je répondis; après quoi, du consentement de tous les Frères, il me fit conduire à l'autel afin d'y prêter mon obligation.

Vénérable Maître

Comment étiez-vous en la prêtant ?

Premier Assesseur

Debout sur la 3e marche de l'autel, la main droite sur la Bible et sur une épée, et la gauche tenant la pointe d'un compas sur mon cœur.

Vénérable Maître

Que fit ensuite le Vénérable ?

Premier Assesseur

Il m'accorda la Lumière.

Vénérable Maître

Que vîtes-vous dans ce moment ?

Premier Assesseur

Trois sublimes lumières de la Maçonnerie, le Soleil, la Lune et le Maître de la Loge.

Vénérable Maître

Quel rapport y a-t-il entre ces deux astres et le Maître de la Loge?

Premier Assesseur

De même que le Soleil préside au jour et la Lune à la nuit, le Maître préside à la Loge pour l'éclairer.

Vénérable Maître

Que vîtes-vous ensuite ?

Premier Assesseur

Trois objets précieux, emblèmes de tous nos devoirs.

Vénérable Maître

Quels sont ces objets ?

Premier Assesseur

Une Bible qui contient ce que nous devons à Dieu, un tronc destiné à recevoir les secours que nous devons à nos Frères et un glaive pour rappeler la punition qui attend les parjures.

Vénérable Maître

Que fit alors le Maître de la Loge?

Premier Assesseur

Il me fit avancer vers l'Orient et me fit réitérer mon obligation; en suite de quoi, il me donna les signes, paroles et attouchements du grade d'apprenti Maçon..

Vénérable Maître

Donnez-moi le signe.

Premier Assesseur

 (On le fait.)

Vénérable Maître

Que signifie ce signe?

Premier Assesseur

Que je préférerais avoir la gorge coupée à révéler les secrets des Maçons.

Vénérable Maître

Donnez l'attouchement au Frère Expert.

Expert

 L'Expert qui le reçoit, dit :

 Il est juste, Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Donnez-moi la Parole.

Premier Assesseur

Je ne l'ai pas reçue de même; Vénérable Maître, donnez-moi la première lettre, je vous donnerai la seconde.

Vénérable Maître

B.

Premier Assesseur

O.

Vénérable Maître

O.

Premier Assesseur

Z.

Vénérable Maître

BO.

Premier Assesseur

OZ.

Vénérable Maître

Que signifie ce mot ?

Premier Assesseur

Force.

Vénérable Maître

Que fit alors le Vénérable ?

Premier Assesseur

Il me revêtit d'une robe blanche, emblème de l'innocence, me donna des gants de la même couleur en me recommandant de ne jamais en souiller la pureté, me fit reconnaître par le Frère Expert et ensuite me proclama apprenti Maçon du Rite de Misraïm.

Vénérable Maître

Qu'entendez-vous par ce mot Misraïm?

Premier Assesseur

C'est le nom que l'écriture donne au 1er fils de Cham qui, lors de la division de l'Univers, alla s'établir sur les bords du Nil, où il fonda le royaume d'Égypte appelé également Misraïm dans l'Écriture. L'histoire profane donne le nom de Ménès à ce petit-fils de Noé.

Vénérable Maître

Quel rapport y a-t-il entre l'Égypte et la Maçonnerie ?

Premier Assesseur

La Maçonnerie, c'est-à-dire les vérités de la morale et la connaissance de la nature et de ses lois, fut conservée en Égypte par des Sages qui la cachèrent soigneusement au vulgaire en l'enveloppant d'emblèmes ingénieux. Ce fut ainsi qu'elle fut portée des rivages du Nil chez tous les peuples du monde, où elle a plus ou moins perdu son caractère et son but primitifs, qui nous ont été transmis par les premiers Maçons, sous le nom de Mystères ou initiations.

Vénérable Maître

Qu'est-ce qui compose une Loge?

Premier Assesseur

Trois la gouvernent, cinq la composent, sept la rendent juste et parfaite.

Vénérable Maître

Quels sont ces trois?

Premier Assesseur

Le Vénérable et ses deux assesseurs.

Vénérable Maître

Pourquoi dites-vous que trois la gouvernent ?

Premier Assesseur

Au propre, parce que trois Maçons furent employés à la construction du temple de Salomon. Au figuré, parce que l'homme se compose du corps, de l'âme et de l'esprit qui est l'intermédiaire ou le lien qui unit les deux autres.

Vénérable Maître

Pourquoi cinq la composent-ils?

Premier Assesseur

Parce que l'homme est doué de cinq sens, trois desquels sont essentiellement nécessaires aux Maçons, savoir : la Vue, pour voir le signe; le Toucher, pour recevoir l'attouchement; et l'Ouïe, pour entendre la parole; au propre, ils représentent les cinq lumières de la Loge.

Vénérable Maître

Pourquoi, enfin, sept la rendent-ils juste et parfaite ?

Premier Assesseur

Parce qu'il y a sept officiers principaux dans un atelier, et aussi parce que ce nombre renferme en lui de grands et sublimes mystères. Il figure l'union des trois principes aux quatre éléments ; il fait allusion aux  sept  jours  que  le  Tout-Puissant  employa  à la  création de l'Univers, représentés figurativement par les sept années que dura la construction du temple. Il rappelle les sept sphères célestes, auxquelles correspondent les sept jours de la semaine ; les sept métaux parfaits, les sept couleurs primitives et les sept tons harmoniques. Enfin les propriétés de ce nombre sont telles que, selon les Sages, il régit l'univers.

Vénérable Maître

Pourquoi dans cette progression mystérieuse ne commencez-vous pas par un?

Premier Assesseur

Parce que l'unité n'est pas un nombre, mais le générateur et le principe de tous les nombres ; emblème de la perfection et de la Toute-Puissance, elle figure l'Être incréé, tandis que les nombres de la série maçonnique rappellent Ses sublimes ouvrages, c'est-à-dire les merveilles de la création.

Vénérable Maître

Quelle forme a votre Loge?

Premier Assesseur

Un carré long.

 

 

CLÔTURE DES TRAVAUX

 

Vénérable Maître

Frères Premier et Deuxième assesseurs, demandez sur vos colonnes si les Frères ont quelques propositions à faire pour le bien de l'Ordre en général ou celui de cette Respectable Loge en particulier, la parole leur sera accordée.

Premier Assesseur

Si quelques Frères de la colonne du Midi ont quelques propositions à faire pour le bien de l'Ordre en général ou celui de cette Respectable Loge en particulier, la parole leur sera accordée.

Deuxième Assesseur

Si quelques Frères de la colonne du Nord ont quelques propositions à faire pour le bien de l'Ordre en général ou celui de cette Respectable Loge en particulier, la parole leur sera accordée.

 Premier Assesseur

L’annonce est faîte Vénérable Maître, les colonnes sont muettes.

Vénérable Maître

Frère Secrétaire, donnez lecture de l'esquisse des travaux du jour.

Secrétaire

……………………………………….

Après la lecture :

Vénérable Maître

Frère Premier et Deuxième Assesseurs, demandez sur vos colonnes si quelque Frère aurait des observations à faire sur la rédaction de l'esquisse des travaux du jour dont le Frère Secrétaire vient de nous donner connaissance.

Premier Assesseur

Si quelques Frères de la colonne du Midi auraient des observations à faire sur la rédaction de l'esquisse des travaux du jour dont le Frère Secrétaire vient de nous donner connaissance, la parole leur sera accordée.

Deuxième Assesseur

Si quelques Frères de la colonne du Nord auraient des observations à faire sur la rédaction de l'esquisse des travaux du jour dont le Frère Secrétaire vient de nous donner connaissance, la parole leur sera accordée.

Vénérable Maître

Applaudissons mes frères à l’esquisse qui vient de nous être présentée.

Vénérable Maître

Je vais faire circuler la Zedaka (ou le tronc de bienfaisance), ainsi que le sac des propositions.

Frère Expert, et Frère Elemosinaire, remplissez vos offices.

Ensuite

Frères Premier et Deuxième Assesseurs, demandez sur vos colonnes respectives si quelque Frère réclame la Zedaka ou le sac des propositions.

Premier Assesseur

Frères de la colonne du midi, quelqu’un réclame t’il la Zedaka ou le sac des propositions ?

Deuxième Assesseur

Frères de la colonne du nord, quelqu’un réclame t’il la Zedaka ou le sac des propositions ?

 Après la réponse,

Premier Assesseur

Vénérable Maître, le silence règne sur l’une et l’autre colonne.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Debout et à l'ordre d’Apprenti, mes Frères, pour fermer les travaux.

Frère Deuxième Acolyte, quelle est votre place en Loge?

Deuxième Acolyte

A la droite du Premier Assesseur.

Vénérable Maître

Pourquoi, mon Frère?

Deuxième Acolyte

Pour porter ses ordres au Deuxième Assesseur et veiller à ce que les Frères se tiennent décemment sur les colonnes.

Vénérable Maître

Où se tient le Premier Acolyte ?

Deuxième Acolyte

A la droite du Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Premier Acolyte?

Premier Acolyte

Pour porter vos ordres au Frère Premier Assesseur et à tous les officiers dignitaires afin que les travaux soient plus promptement exécutés.

Vénérable Maître

Où se tient le Frère Deuxième Assesseur ?

Premier Acolyte

Au midi, Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Deuxième Assesseur ?

Deuxième Assesseur

Pour mieux observer le soleil en son méridien envoyer les ouvriers au travail ou à la récréation, les rappeler de la récréation au travail et le tout pour le bien de l'humanité et la prospérité de l'Ordre et de la Loge.

Vénérable Maître

Où se tient le Frère Premier Assesseur ?

Deuxième Assesseur

A l'occident.

Vénérable Maître

Pourquoi, Frère Premier Assesseur ?

Premier Assesseur

Comme le soleil se couche à l'occident pour fermer le jour, de même le Premier Assesseur se tient dans cette partie pour fermer la Loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents et satisfaits.

Vénérable Maître

Les ouvriers sont-ils contents, mon Frère?

Premier Assesseur

Ils le témoignent sur l'une et l'autre colonne, Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Frère Deuxième Assesseur, quel âge avez-vous comme Apprenti Maçon?

Deuxième Assesseur

Trois ans, Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Combien de temps travaillent les Compagnons ?

Deuxième Assesseur

Depuis le milieu du jour jusqu'au milieu de la nuit.

Vénérable Maître

Quelle heure est-il, Frère Premier Assesseur ?

Premier Assesseur

Minuit, Très Vénérable Maître, et le soleil est au méridien inférieur.

Vénérable Maître

Puisque le soleil est entré au méridien inférieur et qu'il est l'heure de fermer les travaux, joignez-vous à moi, mes Frères Premier et Deuxième Assesseurs, pour y procéder.

Alors le Vénérable donne le baiser de paix au Premier acolyte

Premier Acolyte

Va le porter le baiser de paix au Frère Premier Assesseur,

Premier Assesseur

Envoie le Premier Acolyte porter le baiser de paix au Deuxième Assesseur.

Vénérable Maître

Puis le Très Vénérable Maître frappe trois coups suivant la batterie du grade,

Premier Assesseur

Frappe trois coups suivant la batterie du grade

Deuxième Assesseur

Frappe trois coups suivant la batterie du grade

Vénérable Maître

Au nom du Dieu Tout-Puissant, la Loge d’Apprentis Maçons du Rite de Misraïm est fermée; retirons-nous en paix, mes Frères, mais jurons auparavant de ne pas révéler les travaux du jour.

Les deux Assesseurs

Etendent la main en disant :

Nous le jurons.

Vénérable Maître

A moi, mes Frères

Il fait le signe et l'acclamation

Tous les Frères

Font le signe et l'acclamation

Vénérable Maître

termine en disant :

ALLÉLUIA! ALLÉLUIA! ALLÉLUIA!

 

Xxxxxxxxxx

 

 

COMPAGNON OU DEUXIÈME DEGRÉ
 

OUVERTURE

 

La Loge s'ouvre au grade d'apprenti.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Frères Premier et Deuxième Assesseurs, invitez nos Frères apprentis à couvrir le temple.

Premier Assesseur

Frère Maître des Cérémonies, veuillez faire couvrir le temple aux frères Apprenti.

Maître des Cérémonies

Mes frères, suivez-moi.

Premier Assesseur

Vénérable Maître, les frères Apprenti ont couvert le temple et sont sur les parvis.

Vénérable Maître

Frère Premier Assesseur quel est le premier devoir d'un Assesseur en Loge de Compagnon ?

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, c'est de voir si tous les Frères qui s'y trouvent sont Compagnons Maçons.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Debout et à l'ordre de Compagnon, mes Frères, face à l'Orient.

Tous les Frères

Se lèvent et se tournent vers l'Orient.

Vénérable Maître

Frères Premier et Deuxième Assesseurs, veuillez parcourir vos colonnes respectives et vous assurer si tous les Frères qui les décorent sont Compagnons Maçons du Rite de Misraïm.

Les deux Assesseurs

Se rendent à l'invitation du Vénérable et après avoir examiné scrupuleusement chaque Frère ils retournent à leurs places.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, tous les Frères qui composent la colonne du midi sont Compagnons Maçons

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, tous les Frères de l'une et l'autre colonne sont Compagnons.

Vénérable Maître

Se lève, se met à l'ordre de Compagnon et, la tête couverte, frappe les cinq coups du grade

Premier Assesseur

Frappe les cinq coups du grade

Deuxième Assesseur

Frappe les cinq coups du grade

Vénérable Maître

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les auspices du Suprême Grand Commandeur Général pour la France, du Suprême Grand Maître absolu de l'Ordre Maçonnique de Misraïm et de ses quatre séries, Puissance Suprême en son 90° et dernier degré, les travaux sont ouverts au grade de Compagnon en la Respectable Loge de……... Vallée de………….

A moi, mes Frères

Il fait le signe et l'acclamation

Tous les Frères

Font le signe et l'acclamation

Vénérable Maître

Prenez place, mes Frères

 

 

ORDRE DES TRAVAUX.

 

 

RÉCEPTION

 

Vénérable Maître

Frère Maître des Cérémonies, allez préparer le candidat, puis vous l'amènerez.

 

Maître des Cérémonies

Va chercher le candidat et l'amène tenant dans sa main gauche une règle dont l'extrémité est appuyée sur son épaule gauche.

Le Maitre des Cérémonies frappe cinq coups à la porte du temple. 

Vénérable Maître

Voyez qui frappe ainsi.

Premier Assesseur

Qui frappe ainsi.

Maître des Cérémonies

C'est moi qui conduis un apprenti qui demande à passer de la perpendiculaire au niveau.

Vénérable Maître

Demandez-lui son nom, son âge et ses qualités civiles et maçonniques.

Maître des Cérémonies

Satisfait à cette demande

Vénérable Maître

Comment a-t-il osé concevoir l'espérance de parvenir à ce grade ?

Maître des Cérémonies

Parce qu'il est né libre et qu'il est de bonnes mœurs.

Vénérable Maître

Frappe un coup et poursuit :

Faites-le entrer en apprenti et placez-le entre les deux colonnes.

Frère deuxième Assesseur, celui qui demande à passer de la perpendiculaire au niveau a-t-il fait son temps ?

Les Maîtres de sa colonne sont-ils satisfaits de son zèle et de son activité ?

Deuxième Assesseur

Oui, Très Vénérable Maître

Vénérable Maître

Tous les Maîtres de sa colonne consentent-ils à son avancement ?

Tous les Maîtres

(Tous les Maîtres font le signe affirmatif.)

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit au candidat :

Je vous félicite, mon Frère, des témoignages d'intérêt et de bienveillance que vous recevez de la part des Maîtres sous la direction desquels vous avez dégrossi la pierre brute. Rien, sans date, ne peut vous flatter davantage, ni vous engager plus fortement à parcourir toujours de la même manière une route où vous recueillez déjà le prix des nobles sentiments qui vous ont dirigé; vous avez toujours eu présent à l'esprit le sens mystérieux de la perpendiculaire; nous espérons (et je le désire bien sincèrement moi-même) que vous ne perdrez jamais de vue celui qui est caché sous l'emblème du niveau.

Vénérable Maître

Qui vous a procuré l'avantage d'être reçu Maçon?

Le Candidat

Un sage ami que j'ai depuis reconnu pour Frère.

Vénérable Maître

Dans quel état vous a-t-on présenté en Loge?

Le Candidat

Ni nu, ni vêtu.

Vénérable Maître

Pourquoi, mon Frère? -

Le Candidat

Pour me faire sentir que le luxe est un vice qui n'impose qu'au vulgaire et que l'homme vertueux doit fouler aux pieds tous sentiments de vanité et d'orgueil.

Vénérable Maître

Pourquoi vous a-t-on couvert les yeux d'un bandeau ?

Le Candidat

Pour que je puisse juger combien les ténèbres de l'ignorance et la nuit profonde des passions sont préjudiciables au bonheur de l'homme.

Vénérable Maître

Pourquoi vous fit-on voyager ?

Le Candidat

Pour me faire connaître que ce n'est jamais du premier pas que l'on parvient à la vertu.

Vénérable Maître

Que vîtes-vous lorsque l'on vous eut découvert les yeux ?

Le Candidat

Tous les Frères armés de glaives dont ils me présentaient la pointe.

Vénérable Maître

Que vous indiquait cette action ?

Le Candidat

Qu'ils étaient prêts à verser leur sang pour moi si j'étais fidèle à l'obligation que j'allais contracter ainsi qu'à me punir si j'étais assez méprisable pour la violer.

Vénérable Maître

Pourquoi vous mit-on un compas sur la mamelle gauche nue ?

Le Candidat

Pour me démontrer que le cœur d'un Maçon doit être juste et vrai.

Vénérable Maître

Vous avez, mon Frère cinq voyages à faire, ces voyages sont emblématiques, comme ceux que vous rites lors de votre réception, et renferment les leçons les plus sublimes de cette morale qui fait le véritable homme.

Maître des Cérémonies, veuillez guider cet apprenti dans son premier voyage.

Maître des Cérémonies

Le Maitre des Cérémonies met dans la main gauche du récipiendaire un maillet et un ciseau, le prend par la main droite et lui fait faire le tour de la loge,

Puis,

Frère deuxième Assesseur, le Premier voyage est accompli.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, le Premier voyage est accompli.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, le Premier voyage est accompli.

Vénérable Maître

Mon Frère, ce voyage figure le temps d'une année qu'un Compagnon doit employer à se perfectionner dans la coupe et dans la taille des pierres qu'il a appris à dégrossir dans son apprentissage à l'aide du maillet et du ciseau.

Cet emblème vous démontre que telle perfection que puisse avoir un apprenti, il est encore éloigné de finir son ouvrage; que le brut des matériaux consacrés à la construction du temple qu'il élève au Tout-Puissant, et dont il est la matière et l'ouvrier, n'en est pas encore enlevé, et qu'il ne peut se dispenser du travail dur et pénible du Maillet, et de la conduite précise et attentive du ciseau fidèle qui ne doit jamais s'écarter de la ligne qui lui fut tracée par ses Maîtres.

Donnez-moi le signe d'apprenti.

Le Candidat

 (Il le fait.)

Vénérable Maître

Que veut dire ce signe?

Le Candidat

Il me rappelle le serment que j'ai fait lors de ma réception et par lequel je me suis engagé à avoir la gorge coupée si j'étais assez malheureux pour révéler les secrets qui devaient m'être confiés.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Frère Maitre des Cérémonies, faites faire au candidat son deuxième voyage.

Maître des Cérémonies

Fait prendre au candidat une règle et un compas de la main gauche, le prend par la droite et lui fait faire son 2e voyage.

Ce voyage fait :

Frère Deuxième Assesseur, le Deuxième voyage est accompli.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, le Deuxième voyage est accompli.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, le Deuxième voyage est accompli.

Vénérable Maître

Mon Frère, Ce deuxième voyage vous enseigne que pendant la seconde année un Maçon doit acquérir les éléments pratiques de la Maçonnerie, c'est-à-dire tracer les lignes sur les matériaux dégrossis et dressés; ce qui se fait avec la règle et le compas.

Donnez l'attouchement au Frère Deuxième Assesseur

Le Maître des Cérémonie accompagne le Candidat

Celui-ci va au Deuxième Assesseur et lui donne l'attouchement d'apprenti Maçon.

Deuxième Assesseur

Frappe un coup et dit :

L'attouchement est juste, Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Frappe de même et dit :

Frère Maître des Cérémonies, conduisez le récipiendaire dans son 3° voyage.

Maître des Cérémonies

Met dans la main gauche du candidat une règle et on lui fait porter une pince appuyée par une extrémité sur son épaule gauche. Dans cet état, le Maître des Cérémonies lui fait faire le tour de la Loge.

Frère Deuxième Assesseur, le Troisième voyage est accompli.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, le Troisième voyage est accompli.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, le Troisième voyage est accompli.

Vénérable Maître

Ce voyage vous figure la 3e année d'un Compagnon pendant laquelle on lui confie la conduite, le transport et la pose des matériaux, ce qui s'opère avec la règle et la pince. La pince, au lieu du compas, est l'emblème de la Puissance qui ajoute à nos forces individuelles les connaissances pour faire et opérer ce que, sans leurs secours, il nous serait impossible d'exécuter.

Qu'entendez-vous, mon Frère, par Maçonnerie ?

Le Candidat

J'entends l'étude des sciences et la pratique des vertus.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Frère Maître des Cérémonies, faites faire le 4.e voyage.

Maître des Cérémonies

Pendant ce voyage, l'apprenti tient dans sa main gauche une équerre et une règle.

Frère Deuxième Assesseur, le Quatrième voyage est accompli.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, le Quatrième voyage est accompli.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, le Quatrième voyage est accompli.

Vénérable Maître

Mon Frère ; ce voyage est l'image de. la 4e année d'un Compagnon pendant laquelle il doit être occupé de l'élévation de l'édifice; d'en diriger l'ensemble et de vérifier la pose d'équerre des matériaux amenés. Il vous apprend que l'application, le zèle et l'intelligence que vous avez montrés dans vos travaux pourront seuls vous élever au-dessus des Frères moins instruits et moins zélés que vous.

Frappe un coup et dit :

Frère Maitre des Cérémonies, veuillez diriger le Frère dans son 5e voyage.

Maître des Cérémonies

Cette fois le candidat a les mains libres ; pendant le voyage le Maître des Cérémonies lui dirige la pointe de son épée au cœur et le candidat l'y tient fixée avec le pouce et l'index de la main droite.

Lorsqu'il a fait de cette manière le tour de la Loge :

Frère Deuxième Assesseur, le Cinquième voyage est accompli.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, le Cinquième voyage est accompli.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, le Cinquième voyage est accompli.

Vénérable Maître

Le 5° et dernier voyage désigne que, suffisamment instruit des pratiques manuelles, le Compagnon doit employer son temps, cette dernière année, à l'étude de la théorie de l'art. Apprenez de lui, mon Frère qu'il ne suffit pas d'être dans le sentier de la vertu pour pouvoir s'y maintenir. Il est des efforts puissants à faire pour acquérir la perfection. Suivez donc la route que l'on vous a frayée, et rendez-vous digne d’être : admis à la connaissance d'autres travaux maçonniques.

Donnez au Frère Premier Assesseur le mot d'apprenti.

Le Candidat

Il le donne

Premier Assesseur

Il est juste, Très Vénérable Maître.

Vénérable Maître

Frère Maître des Cérémonies, faites-lui faire son dernier travail d'apprenti.

Maître des Cérémonies

Donne un Maillet au candidat et lui fait frapper en apprenti sur la pierre brute,

puis :

Très Vénérable Maître le travail est achevé.

Vénérable Maître

Frère    Maitre des Cérémonies, amenez-le. Candidat au pied
du trône en le faisant marcher à l'ordre d'apprenti.

Maître des Cérémonies

Accompagne le candidat jusqu’au pied de l’Orient

Lorsqu'il y est arrivé,

Vénérable Maître

En lui montrant l'Étoile Flamboyante :

Considérez cette étoile mystérieuse et que jamais son souvenir ne s'efface de votre esprit ; elle est l'emblème du génie qui élève aux grandes choses, le symbole de ce feu sacré dont le Tout-Puissant nous a rendus dépositaires et par lequel nous devons discerner, aimer et pratiquer le vrai, le juste et l'équitable. Le Delta que vous voyez tout resplendissant de Lumière vous offre de grandes vérités et de sublimes idées, vous y voyez le nom du Grand Architecte des Mondes, comme source de toutes connaissances, de toutes sciences. Il s'explique symboliquement par « Géométrie », cette science sublime a pour base essentielle, sous son emblème véritable, le nom ineffable de Dieu.

Vous allez maintenant, mon Frère prêter votre obligation.

Maître des Cérémonies

Fait approcher le candidat de l'autel.

Vénérable Maître

Frappe et dit :

Le Candidat

 Répète après lui :

 

 

OBLIGATION

 

Je jure et promets, sous les mêmes obligations auxquelles je me suis soumis précédemment, de garder les secrets des Compagnons qui vont m'être confiés envers les Apprentis, comme je m'y suis engagé pour les premiers envers les profanes, et je consens de plus, si je deviens parjure à mon serment, à avoir le cœur arraché (ici tous les Frères font le signe), le corps brûlé et ses cendres jetées au vent. Dieu me soit en aide et me 'préserve d'un tel malheur! AMEN! AMEN! AMEN!

Vénérable Maître

Lui pose le glaive sur la tête et dit :

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les auspices du Suprême Grand Conseil Général pour la France, des Souverains Grands Maîtres absolus de l'Ordre Maçonnique de Misraïm et de ses quatre séries, 90° et dernier degré, Puissance Suprême, et en vertu des pouvoirs qui m'ont été confiés par cette Respectable Loge, je vous reçois Compagnon au. 2e degré du Rite de Misraïm.

(Il frappe sur le glaive la batterie du grade.)

Le Vénérable lui rabat la bavette de son tablier et lui dit que désormais il la doit porter de cette manière. Il ajoute :

Dorénavant, mon Frère, vous travaillerez à la pierre cubique à pointes et vous recevrez votre salaire à la colonne J ; ce nouveau travail vous rappellera que le Compagnon destiné à réparer les défectuosités de l'édifice moral doit employer tous ses soins à cacher les défauts de ses Frères et à les corriger par son exemple et par ses conseils. Je vais maintenant, mon Frère vous conférer les signes, mots et attouchements.

Allez maintenant, mon Frère rendre aux Frères Premier et Deuxième Ass    esseurs les mots, signes et attouchements, vous les rendrez également au Frère Expert.

Accompagné du Maître des Cérémonies

Le nouveau Compagnon va rendre les mots, signes et attouchements, au Premier et au Deuxième Assesseur puis à l'Expert

Expert

Frère Deuxième Assesseur, les mots, signes et attouchements ont été fidèlement rendus.

Deuxième Assesseur

Frère Premier Assesseur, les mots, signes et attouchements ont été fidèlement rendus.

Premier Assesseur

Très Vénérable Maître, les mots, signes et attouchements ont été fidèlement rendus.

Vénérable Maître

Je proclame le nouvel initié en qualité de Compagnon.

Frère Maître des Cérémonies, veuillez procéder à l’instruction de notre nouveau frère compagnon.

Maître des Cérémonies

Lui fait exécuter la marche de Compagnon,

Lui fait faire la batterie sur la pierre cubique à pointes

Puis le mène à la droite du Vénérable qui l'y fait asseoir.

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Frères Premier et Deuxième Assesseur, veuillez inviter les Frères de vos colonnes à se joindre à moi pour applaudir à l’acquisition que la Loge vient de faire d’un nouveau Compagnon.

Premier Assesseur

Frère de la colonne du midi, je vous invite à vous joindre au Très Vénérable Maître pour applaudir à l’acquisition que la Loge vient de faire d’un nouveau Compagnon.

Deuxième Assesseur

Frère de la colonne du nord, je vous invite à vous joindre au Très Vénérable Maître pour applaudir à l’acquisition que la Loge vient de faire d’un nouveau Compagnon.

Vénérable Maître

Frappe les cinq coups du grade

A moi, mes Frères

Il fait le signe et l'acclamation

Tous les Frères

Font le signe et l'acclamation

Vénérable Maître

Prenez place, mes Frères

Le Frère Orateur va vous donner l'explication de tous les emblèmes qui ont accompagné votre réception.

Orateur

Fait un discours sur le Compagnonnage.

 

 

INSTRUCTION

 

Vénérable Maître

Frappe un coup et dit :

Frère Premier Assesseur, êtes-vous Compagnon ?

Premier Assesseur

Examinez-moi, Vénérable.

Vénérable Maître

Où avez-vous été reçu compagnon ?

Premier Assesseur

Dans une Loge de Compagnon.

Vénérable Maître

Comment fûtes-vous préparé ?

Premier Assesseur

On me conduisit, une règle dans la main gauche, à la porte du temple.

Vénérable Maître

Comment fûtes-vous admis ?

Premier Assesseur

Par cinq coups.

Vénérable Maître

Que vous demanda-t-on?

Premier Assesseur

Qui est là?

Vénérable Maître

Quelle fut votre réponse ?

Premier Assesseur

Un apprenti qui demande à passer de la perpendiculaire au niveau.

Vénérable Maître

Comment aviez-vous osé y parvenir ?

Premier Assesseur

Parce que j'étais libre et de bonnes mœurs.

Vénérable Maître

Que vous dit-on ensuite ?

Premier Assesseur

D'entrer.

Vénérable Maître

Que devîntes-vous lorsque vous fûtes entré ?

Premier Assesseur

Le Vénérable me questionna d'abord, puis il me fit faire cinq voyages dont il me donna l'explication.

Vénérable Maître

Que fites-vous après tous ces voyages ?

Premier Assesseur

On me fit prêter mon obligation.

Vénérable Maître

Que vous conféra-t-on ensuite ?

Premier Assesseur

Les mots, signes et attouchements de Compagnon.

Vénérable Maître

Donnez-moi le signe.

Premier Assesseur

 (On le fait.)

Vénérable Maître

Qu'exprime-t-il?

Premier Assesseur

Il rappelle un point important de l'obligation d'un Compagnon.

Vénérable Maître

Admis au nombre des Compagnons travaillâtes-vous en cette qualité?

Premier Assesseur

Oui, Vénérable, à la construction du temple.

Vénérable Maître

Où avez-vous reçu vos salaires ?

Premier Assesseur

A la colonne J .

Vénérable Maître

Que trouvâtes-vous à cette colonne, lorsque vous y fûtes conduit ?

Premier Assesseur

Un assesseur.

Vénérable Maître

Que vous demanda-t-il?

Premier Assesseur

Le mot de passe des Compagnons.

Vénérable Maître

Quel est-il?

Premier Assesseur

SCHIBBOLET

Vénérable Maître

Que signifie ce mot?

Premier Assesseur

Epi en hébreu, pour marquer les fruits de la Sagesse.

Vénérable Maître

Que vîtes-vous lorsque vous fûtes sous les portiques ?

Premier Assesseur

Deux belles colonnes de bronze.

Vénérable Maître

Comment se nomment-elles?

Premier Assesseur

BOAZ et JAKIN.

Vénérable Maître

Quelle hauteur avaient-elles?

Premier Assesseur

Vingt-trois coudées avec leurs chapiteaux.

Vénérable Maître

De quoi étaient surmontés ces chapiteaux ?

Premier Assesseur

De lys et de pommes de grenades.

Vénérable Maître

Étaient-elles massives ?

Premier Assesseur

Non, elles étaient creuses.

Vénérable Maître

Quelle était l'épaisseur de l'enveloppe extérieure ?

Premier Assesseur

Quatre pouces.

Vénérable Maître

Où furent-elles fondues ?

Premier Assesseur

Près des rives du Jourdain, dans une terre d'argile entre Semoth et Zarthos.

Vénérable Maître

Qu'était destiné à recevoir l'intérieur de ces colonnes ?

Premier Assesseur

Les instruments de Géométrie et le trésor d'où l'on tirait le salaire des ouvriers.

Vénérable Maître

Donnez-moi le mot sacré des Compagnons.

Premier Assesseur

Il ne m'est permis que de l'épeler, Vénérable.

Vénérable Maître

Que signifie ce mot ?

Premier Assesseur

Sagesse.

Vénérable Maître

Où est située votre Loge ?

Premier Assesseur

A l'Orient de la vallée de Josapha, dans un lieu où règnent la vérité, la paix et l'union.

Vénérable Maître

Quelles sont les lois de la Franche et Libre Maçonnerie ?

Premier Assesseur

Abhorrer et punir le crime et honorer la vertu.

Vénérable Maître

Que doit éviter un Maçon ? .

Premier Assesseur

L'envie, la calomnie et l'intempérance.

Vénérable Maître

Que doit-il observer ?

Premier Assesseur

La prudence, la discrétion, la bienfaisance.

 

Xxxxxxxxxx

 

 

MAÎTRE OU TROISIÈME DEGRÉ

 

 

DÉCORATION

 

La Loge est tendue de noir, la tenture parsemée de têtes de morts en blanc et des larmes de la même couleur disposées par 3, 5 et 7 sur 9 points de la Loge. A l'orient est le Jehovaeh peint sur un fond noir.

 

ÉTOILES

 

La Loge est éclairée par 9 étoiles placées par 3 devant chaque Lumière.

 

COSTUMES

 

Les Maîtres sont vêtus d'un long manteau noir, ils portent un chapeau garni d'un crêpe, des gants blancs, un tablier bordé et doublé en bleu, un cordon bleu passant de droite à gauche au bas duquel est suspendu un triangle inscrit dans un cercle.

Le Maître de la Loge porte, outre le manteau noir, une tête de mort entourée de deux branches d'acacia épineux sur la poitrine ou sur son cordon, qu'il met en sautoir et au bas duquel pend une équerre.

Le crêpe de son chapeau est blanc

 

 

OUVERTURE

 

Très Respectable Maître

Frappe un coup,

Très Vénérable Premier Assesseur

Frappe un coup,

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe un coup,

Très Respectable Maître

Très Vénérable Frère   Premier Assesseur, quel est le premier devoir du Premier Assesseur en Loge de Maître ?

Très Vénérable Premier Assesseur

C'est de s'assurer que la Chambre du Milieu est à couvert de toute indiscrétion.

Très Respectable Maître

Faites-vous-en assurer, mon Frère

Très Vénérable Premier Assesseur

Envoie son acolyte s'assurer des portes du temple et, après que celui-ci a fait son rapport, dit :

Nous sommes à couvert.                             

Respectable Maître

Quel est votre second devoir ?

Très Vénérable Premier Assesseur

C'est de voir si tous les Frères qui sont présents sont Maître Maçons et de cet atelier.

Très Respectable Maître

Debout et à l'ordre, mes Frères, face à l'Orient.

Tous les Vénérables Maîtres

Se mettent à l'ordre.

Très Respectable Maître

Très Vénérables Frères Premier et Deuxième Assesseurs, veuillez parcourir vos colonnes respectives et vous assurer que tous les Frères sont Maîtres Maçons et de cet atelier.

Les deux Assesseurs

Vont sur leurs colonnes prendre le signe et le mot de passe de chaque Frère. Quand cet examen est terminé et que les assesseurs sont de retour à leur place,

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe un coup et dit au Très Vénérable Frère Premier Assesseur :

Tous les Frères de la colonne du Midi sont Maîtres Maçons et de cet atelier.

Très Vénérable Premier Assesseur

Le Premier Assesseur frappe un coup et dit :

Très Respectable Maître, les Frères de l'une et l'autre colonne sont tous Maîtres Maçons et de cet atelier... .‘

Très Respectable Maître

Toujours debout, dit :

Vénérable Frère Deuxième Acolyte, quelle est votre place en Loge
de Maître ?

Vénérable Deuxième Acolyte

A la droite du Très Vénérable Frère Premier Assesseur où vous
m'avez placé, Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Pourquoi, Vénérable Frère ?

Vénérable Deuxième Acolyte

Pour porter ses ordres au Très Vénérable Frère Deuxième Assesseur et veiller à ce que les Maîtres se tiennent décemment sur les
colonnes.

Très Respectable Maître

Où se tient le Vénérable Frère Premier Acolyte ?

Vénérable Deuxième Acolyte

A votre droite, Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Pourquoi, Vénérable Frère Premier Acolyte?

Vénérable Premier Acolyte

Pour porter vos ordres au Très Vénérable Frère Premier Assesseur et aux officiers dignitaires afin que les travaux soient plus promptement exécutés.

Très Respectable Maître

Où se tient le Très Vénérable Frère Deuxième Assesseur ?

Vénérable Premier Acolyte

Au Midi.

Très Respectable Maître

Pourquoi, Très Vénérable Frère Deuxième Assesseur

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Pour mieux observer le soleil à son méridien, envoyer les ouvriers du travail à la récréation, les rappeler de la récréation au travail, et le tout pour le bien et la prospérité de l'Ordre et de la Loge.

Très Respectable Maître

Où se tient le Très Vénérable Frère Premier Assesseur ?

Très Vénérable Deuxième Assesseur

A l'Occident.

Très Respectable Maître

Pourquoi, Très Vénérable Frère Premier Assesseur ?

Très Vénérable Premier Assesseur

Comme le soleil se couche à l'Occident pour fermer le jour, de même le Premier Assesseur se tient dans cette partie pour fermer la Loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents et satisfaits.

Très Respectable Maître

Où se tient le Très Respectable Maître

Très Vénérable Premier Assesseur

A l'Orient.

Très Respectable Maître

Pourquoi, Très Vénérable Frère ?

Très Vénérable Premier Assesseur

Comme le soleil se lève à l'Orient pour ouvrir la carrière du jour, de même le Très Respectable Maître s'y tient pour ouvrir la Loge, la diriger dans ses travaux et l'éclairer de ses Lumières.

Très Respectable Maître

A quelle heure les Maçons ouvrent-ils leurs travaux au grade de Maître, Très Vénérable Frère Premier Assesseur ?

Très Vénérable Premier Assesseur

Lorsque le soleil est parvenu au méridien.

Très Respectable Maître

Quelle heure est-il, Très Vénérable Frère Premier Assesseur

Très Vénérable Premier Assesseur

Il est midi plein et le soleil est au méridien.

Très Respectable Maître

Puisque le soleil est entré au méridien et qu'il est l'heure d'ouvrir les travaux, joignez-vous à moi, Très vénérables Frères Premier et Deuxième Assesseurs afin d'offrir au Tout-Puissant l'hommage de notre amour et de Lui demander Son assistance dans les travaux difficiles auxquels nous allons nous livrer.

Le Très Respectable Maître se découvre, descend de l'autel tenant son maillet et va se placer au milieu de la Loge,

Les deux Vénérables Assesseurs

Viennent à ses côtés, tous faisant face à l'autel.

Très Respectable Maître

S'incline et dit à haute voix :

 

PRIÈRE

 

Maitre Souverain des mondes, source du mouvement, de la lumière et de la fertilité, régulateur sacré de l'harmonie Universelle, Tu remplis le temple. L'espace, les éléments obéissent à Ta voix et suivent la route que Tu leur traces. Malgré l'inconstance et la dissemblance de leur nature, c'est par Toi que tout vit et que rien ne meurt. Régénérateur éternel de la nature physique, permets aux ouvriers de ce temple de régénérer en eux la nature morale, daigne sourire à leurs travaux et les bâtir de Ta Protection toute-puissante. Accepte le culte simple et sincère qu'ils Te rendent; bénis les matériaux de leur temple et fais que leur ouvrage soit impérissable comme Toi.

AMEN! AMEN! AMEN!

Le Très Respectable Maître remonte à l'autel et les 2 assesseurs
retournent à leur place,

Très Respectable Maître

Frappe 7 coups suivant la batterie du grade (0-000000)

Très Vénérable Premier Assesseur

Frappe 7 coups suivant la batterie du grade (0-000000)

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe 7 coups suivant la batterie du grade (0-000000)

Très Respectable Maître

Le glaive en main dit :

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les auspices de la Puissance, Suprême de l'Ordre Maçonnique de Misraïm pour la France, les travaux de Maîtres Maçons sont ouverts dans la Respectable Loge de………….. à la Vallée de……………..

Et dès cet instant tous les Frères doivent être au point du repos.

A moi, mes Frères

Il fait le signe et la triple batterie du grade et l'acclamation.

Tous les Vénérables Maîtres

Font le signe et la triple batterie du grade et l'acclamation

Très Respectable Maître

Se couvre

Très Vénérable Premier Assesseur

Très Vénérable Frère Deuxième Assesseur, Vénérables Maîtres qui décorez ma colonne, les travaux sont ouverts.

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Vénérables Maîtres qui décorez ma colonne, les travaux sont ouverts.

Très Respectable Maître

En place, mes Frères

 

 

RÉCEPTION

 

 

Il ne peut être admis, sous peine d'irrégularité répréhensible ; aucun Compagnon au grade de Maître qu'il n'ait répondu aux questions suivantes d'une manière Maçonnique et par écrit. Ces questions seront présentées 18 jours avant celui fixé pour sa réception.

 

MODÈLE 1

Questions que la Respectable Loge de……... propose au Frère N.:. qui doit y répondre avec toute la sincérité d'un Franc-Maçon et y exposer son opinion quelle qu'elle soit.

1er Question : Qu'est-ce que Dieu ?

2e Question : Est-il convenable de lui offrir un culte ?

3e Question : Tous les cultes lui sont-ils agréables ?

4e Question : Quel fruit retirent les hommes d'un culte public ?

5e Question : L'âme est elle immortelle ?

6 e Question : Les remords qu'éprouvent les méchants sont-ils le résultat d'un sentiment inné, ou du produit de l’éducation ?

7e Question : La vertu est-elle la source du bonheur ?

8e Question : Cette qualité est-elle dans la nature ou bien est-elle de convention ?   ,

9e Question : Comment considérer le mal qui dans ce monde accompagne toujours le bien ?       

Une copie de ces réponses doit être envoyée à la Grande Chancellerie de la Puissance Suprême dans les 3 mois qui suivront la réception du Maître Le Très Respectable Maître, l'Orateur et le Secrétaire certifieront cette copie conforme et véritable. L'original en demeurera aux archives de la Loge.

9 jours avant la réception, 9 jours après celui où les questions ci-dessus ont été transmises au candidat, on doit les lui redemander avec les réponses jointes et signées de lui. Si ces dernières ne sont pas satisfaisantes, l'initiation sera renvoyée de 3 mois, à l'expiration de ce temps, les mêmes questions lui seront proposées de nouveau. Si les réponses ne sont pas plus convenables, il sera renvoyé à 9 mois et dans le cas enfin où, les mêmes formalités répétées alors, ses réponses feraient penser qu'il n'est pas propre à recevoir la Grande Lumière : il n'en serait plus question ; mais on en avertirait la Puissance Suprême par l'intermédiaire du représentant de la Loge.

 

 

 

PRÉLIMINAIRES DE LA RÉCEPTION

 

Très Respectable Maître

Avant l'introduction des visiteurs, le Très Respectable Maître fait donner lecture des réponses du candidat aux questions qui lui furent proposées;

Puis il frappe un coup et dit :

Très Vénérables frères Premier et Deuxième Assesseur, veuillez demander sur vos colonnes respectives si les Vénérables Maîtres qui les composent n'ont aucune observation à faire sur ce dont il vient de leur être donné connaissance et s'ils consentent à l'admission du Compagnon parfait, présenté à l'initiation au 3e degré.

Très Vénérable Premier Assesseur

Frappe un coup et dit :

Très Vénérable frère Deuxième Assesseur et Vénérables maîtres qui décorez la colonne du septen­trion, veuillez faire vos observations sur ce qui vient de vous être lu, ou donner à la réception du candidat les marques approbatives accoutumées.

Après que les Maitres du septentrion ont fait leurs observations ou donné leur assentiment,

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe un coup et dit :

Vénérables Maîtres qui décorez la colonne du midi, veuillez faire vos observations sur ce qui vient de vous être lu, ou donner votre approbation à la réception du candidat en la manière accoutumée.

(Et un moment après :)

Très Vénérable frère Premier Assesseur le silence règne sur la colonne du midi.

Très Vénérable Premier Assesseur

Très Respectable Maître le silence règne sur l'une et l'autre colonne.

Très Respectable Maître

Vénérable frère Maître des Cérémonies veuillez-vous transporter dans les parvis de la Loge et vous assurer s'il y a des visiteurs.

Maître des Cérémonies

Se transporte dans les parvis et revient faire son rapport entre les deux assesseurs ;

Il va ensuite déposer sur l'autel les certificats de ces Frères et retourne leur tenir compagnie.

Vénérable Maître

Fait remettre les certificats à l'Orateur pour les vérifier et il envoie l’expert tuiler les visiteurs et prendre leur seing pour le vérifier ;

Après ces diverses vérifications, le Vénérable dit:

Frère Couvreur, annoncez au Maître des Cérémonies qu'il peut introduire les visiteurs et annoncer leurs degrés, afin qu'ils en reçoivent les honneurs.

Couvreur

Frère Maître des Cérémonies pouvez-vous introduire les visiteurs et annoncer leurs degrés, afin qu'ils en reçoivent les honneurs.

Maître des Cérémonies

Frappe en Apprenti à la porte du temple

Premier Assesseur

Vénérable Maître, les visiteurs demandent l’entrée du Temple

Vénérable Maître

Accordez-leur l'entrée du Temple.

Maître des Cérémonies et les Visiteurs

Se placent entre les deux assesseurs debout et à l'ordre.

Vénérable Maître

Très Chers Frères visiteurs, d'où venez-vous ?

Visiteur

Vénérable Maître du Temple de la Sagesse. (Les Frères des Rites écossais et français répondent : de la Loge de Saint-Jean de Jérusalem.)

Vénérable Maître

Qu'en apportez-vous ?

Visiteur

Joie, Santé et Prospérité à tous mes Frères.

Vénérable Maître

N'apportez-vous rien de plus ?

Visiteur

Le Maître de ma Loge vous salue par 3 fois 3.

Vénérable Maître

Qu'y fait-on?

Visiteur

On y élève des temples à la vertu et l'on y creuse des cachots pour les vices.

Vénérable Maître

Que venez-vous faire ici?

Visiteur

Vaincre mes passions, soumettre mes volontés aux vôtres et faire de nouveaux progrès dans la Maçonnerie.

Vénérable Maître

Que demandez-vous, mon Frère ?

Visiteur

Une place parmi vous.

Vénérable Maître

Elle vous est acquise. Frère Maître des Cérémonies, conduisez le Très Cher Frère à la place qui lui est destinée.

NOTA. - On rend les honneurs maçonniques à tous les Frères décorés des hauts grades dans quelque rite que ce soit, et on rend les grands honneurs aux Vénérables, aux députations des Loges, consistoires et aux grands dignitaires de tous les Rites.

Les honneurs à rendre en Loge sont :

1) Les grands honneurs, au Vénérable fondateur et au Vénérable titulaire. Aux Grands Maîtres 90° et dernier degré. Aux Grands Maîtres des Rites étrangers et à leurs Grands officiers. Aux députations et aux Vénérables des Loges.

Ces honneurs consistent à les recevoir avec sept Lumières, les Maillets battants jusqu'à l'Orient et la voûte d'acier.

2) Les moyens honneurs, savoir : cinq étoiles et la voûte, aux Frères décorés des hauts grades des 4° et 3° séries.

3) Aux deux assesseurs, les petits honneurs, savoir : trois étoiles et la voûte d'acier; aux Frères décorés des hauts grades des divers Rites.

On ne rend point d'honneurs aux membres de la Loge, quel que soit leur grade, à l'exception du Vénérable et des deux assesseurs

Très Respectable Maître

Vénérable Très Grand Expert, la réception du candidat vient de recevoir l'approbation unanime des Maîtres de ce Respectable Atelier. Veuillez-vous rendre auprès de lui et le préparer à la haute faveur qui va lui être faite.

Vénérable Grand Expert

Sort et se rend auprès du candidat.

Très Respectable Maître

Vénérable Maître Architecte, veuillez faire faire dans le Temple les préparatifs d'usage.

On apporte le feu sacré dans le temple.

On place, au milieu, une bière couverte d'un drap mortuaire ; en tête de la bière, une équerre et, au pied, un compas ouvert.

Après quoi l'on fait coucher dans cette bière le dernier Maître reçu, les pieds à l'Orient, les talons en équerre, la main droite sur le cœur tenant une branche de Tamaris (acacia épineux), la main gauche étendue le long du corps. Un linceul blanc le couvrant des pieds à la ceinture, le tablier relevé jusqu'à la lèvre inférieure, le surplus couvert d'un linge blanc taché de sang.

Ces dispositions faites, les lumières sont éteintes à l'exception d'une lampe garnie d'esprit de vin qui brûle sur l'autel du Très Respectable Maître

 

 

PRÉPARATION DU CANDIDAT

 

Il doit être sans chaussures, les bras et le sein nus, il doit avoir une petite équerre pendue au bras droit, une corde à la ceinture faisant trois tours. Un tablier de Compagnon, les yeux bandés.

 

TRAVAUX DE LA RÉCEPTION

 

Pendant que le candidat s'approche de la chambre du milieu sous la conduite du Grand Expert, celui-ci dit sans affectation que la consternation semble régner dans la Loge; que jusqu’alors il n'a rien appris de la cause d'une douleur qui se manifeste par des signes effrayants, qu'il présume qu'un grand malheur est arrivé, que dans ce cas la réception pourrait bien être retardée; mais enfin qu'il faut toujours se présenter et essayer d'y faire procéder.

Dès qu'ils sont arrivés dans le parvis de la Loge, le Grand Expert s'éloigne sous quelque prétexte et dit au candidat que son absence ne sera pas longue. Il revient aussitôt assez doucement pour ne pas être entendu, se place à la porte de la Loge et des pas perdus afin d'être à portée de voir tout ce qui s'y passe.

Sur cette entrefaite le Deuxième Expert arrive et frappe lentement neuf coups à la porte du temple.

On ouvre la porte, le silence le plus profond règne parmi les ouvriers,

La porte reste entrouverte.

Très Respectable Maître

Frappe neuf coups égaux

Très Vénérable Premier Assesseur

Frappe neuf coups égaux

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe neuf coups égaux

Très Respectable Maître

Vénérable Frère Deuxième Expert, avez-vous enfin découvert les traces des meurtriers de notre Illustre Grand Maitre ? Justice en sera-t-elle faite ? Devons-nous pleurer sans relâche ? Et le sang qui crie vengeance sera-t-il bientôt satisfait ?

Vénérable Deuxième Expert

Mes recherches ont toutes été infructueuses, mais nous ne devons pas perdre l'espérance, unissons nos efforts et les meurtriers d'Hiram ne nous échapperont pas malgré tout le soin qu'ils prennent de se cacher.

Très Respectable Maître

Unissons nos efforts, mes FF :., et les meurtriers d'Hiram ne nous échapperont pas……….... imitez-moi, mes Frères

Il descend de l'autel et s'approche du feu sacré, tous les Maître se rangent autour de lui, il dit à haute voix :

Hiram n'est plus!

Très Vénérable Premier Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Respectable Maître

D'infâmes meurtriers nous l'ont enlevé, donnons mes Frères libre cours à nos larmes., Hiram n'est plus

Très Vénérable Premier Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Respectable Maître

Hiram n’est plus, perte irréparable, la mort nous a ravi ce que nous avions de plus cher et de plus précieux ! Qui nous dirigera dans les travaux du temple ? Avec Hiram, mes Frères, nous avons tous cessé d'être. Hiram n'est plus!

Très Vénérable Premier Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Hiram n'est plus!

Très Respectable Maître

Purifions l'enceinte profane d'un temple qui nous coûte tant de sueur et jurons de venger ensuite le meurtre d'Hiram.

Tous les Vénérables Maîtres

Nous le jurons...

Très Respectable Maître

Grand Être, Être Tout-Puissant, qui que Tu sois, qui du sein de Toi-même vois et juges les nations des mortels ne condamne pas notre juste indignation ! Si la douleur nous porte à sacrifier à la mémoire de Ton plus digne adorateur les monstres qui nous l'ont ravi, c'est moins notre vengeance que nous satisfaisons qu'un hommage que nous rendons à la perfection suprême.

Tous les Vénérables Maîtres

Chacun reprend sa place,

Très Respectable Maître

Frappe lentement neuf coups

Très Vénérable Premier Assesseur

Frappe lentement neuf coups

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Frappe lentement neuf coups

Une lugubre harmonie se fait entendre, le silence le plus profond lui succède :

On ferme la porte du temple.

Vénérable Grand Expert

S'approche du candidat jusqu'alors demeuré seul et lui dit qu'il va demander pour lui l'initiation à la Maîtrise.

Il le prend par la main et frappe neuf coups à la porte du temple.

Vénérable Deuxième Expert

Ouvre et demande :

Qui est là?

Vénérable Grand Expert

C'est un Compagnon qui a fini son temps et qui demande l'initiation aux secrets des Maîtres.

Vénérable Deuxième Expert

Très Vénérable Frère Deuxième Assesseur, c'est un Compagnon qui a fini son temps et qui demande l'initiation aux secrets des Maîtres.

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Très Vénérable Frère premier Assesseur, c'est un Compagnon qui a fini son temps et qui demande l'initiation aux secrets des Maîtres.

Très Vénérable Premier Assesseur

Très Respectable Maître, le Grand Expert est dans le parvis du temple, conduisant un Compagnon parfait qui demande l'initiation à la Maîtrise.

(On entrouvre la porte que l'on ne referme qu'après l'introduction du candidat.)

Très Respectable Maître

Pourquoi le Très Vénérable Frère Grand Expert vient-il nous distraire de notre douleur ? Nos plaintes et nos gémissements auraient dû l'engager à écarter de ces lieux un Compagnon, un Frère appartenant à une classe qui nous est suspecte à si juste titre... mais peut-être ce Compagnon est-il un de ceux qui causent notre deuil; peut-être le doigt de Dieu le désigne-t-il à notre justice... Vénérable Frère Deuxième Expert, prenez avec vous le Frère Préparateur, faites-vous accompagner de quatre Maîtres armés; Allez! Emparez-vous de ce Compagnon, visitez-le partout, examinez ses mains, parcourez attentivement ses vêtements ; ôtez-lui son tablier que vous m'apporterez; enfin assurez-vous s'il n'existe sur lui aucune trace qui pourrait déceler le crime affreux qui a été commis.

On s'empare brusquement du candidat.

On le visite partout, et on lui arrache son tablier et le bandeau qui lui couvre les yeux.

Vénérable Deuxième Expert

Rentre dans le temple avec le tablier et le bandeau.

Le candidat reste dans le parvis avec le Frère préparateur et les quatre Maîtres armés.

Vénérable Deuxième Expert

Très Respectable Maître, j'ai exécuté vos ordres mais je n'ai rien trouvé sur le candidat qui indique qu'il ait commis un crime : ses vêtements sont blancs, ses mains sont pures et le tablier que je vous apporte est sans taches.

Très Respectable Maître

Veuille le Tout-Puissant que je sois dans l'erreur et que le Compagnon ne soit pas un de ceux que nous devons poursuivre. Cependant, mes Frères, s'il était innocent il n'ignorerait pas notre douleur, ni le funeste événement qui l'a fait naître, aurait-il donc choisi un moment aussi dangereux pour se présenter ici? N'eût-il pas dû craindre que nos soupçons ne se tournassent vers lui? Mes Frères, introduisons-le dans ce temple; nous l'y interrogerons et ses réponses nous apprendront sans doute ce que nous devons penser de lui. Le jugez-vous convenable, mes Frères ?.           .

Tous les Vénérables Maîtres

Donnent le signe ordinaire d'approbation.

Très Respectable Maître

Frère Deuxième Expert, puisque cette Respectable assemblée est d'avis d'introduire ce Compagnon, demandez-lui comment il ose espérer d'être admis parmi nous.

Vénérable Grand Expert

Demande au candidat de répondre par le mot de passe.

Très Respectable Maître

Par le mot de passe ! Cette réponse audacieuse me confirme dans mes soupçons. Par le mot de passe ! ... Comment pourrait-il le connaître si ce n'était par l'effet de son crime ? Voilà, mes Frères, une preuve non équivoque de sa culpabilité, mais sa témérité me semble inconcevable. Très Vénérable frère 1er assesseur, veuillez-vous transporter à la porte du temple et examiner encore une fois ce Compagnon avec l'attention la plus scrupuleuse.

Très Vénérable Premier Assesseur

Le Frère Premier Assesseur se rend à la porte, examine le candidat, lui regarde les mains et s'écrie : Ciel ! C’est lui !

Puis il rentre et dit :

Très Respectable Maître, j'ai de son crime une preuve irrécusable, ses mains sont teintées de sang.

Très Respectable Maître

Frappe neuf coups et dit :

 Il n'y a plus de doute à élever sur son forfait, ce Compagnon est un de ceux que nous avons à punir ; peut-être même est-il un de leurs complices et vient-il ici pour nous épier, faites-le entrer, que ceux qui le regardent ne l'abandonnent pas un seul instant; qu'ils se placent avec lui à l'occident et que toutes les issues qui conduisent ici soient soigneusement gardées.

Tous se placent à l'Occident derrière le candidat que l'on a fait entrer et que le Frère préparateur tient par la corde.

Le Très Respectable Maître parle ainsi au récipiendaire :

Compagnon, il faut que vous soyez bien téméraire ou bien indiscret, si réellement vous n'êtes pas coupable, et je veux encore en douter, pour vous présenter ici dans un moment où vos camarades nous sont à juste titre suspects, les marques de douleur et de consternation que vous apercevez sur nos traits, le deuil qui nous environne, les tristes dépouilles enfermées dans ce cercueil, tout vous dit que nous déplorons une mort, encore si cette mort eût été l'effet du cours de la nature, nous nous plaindrions il est vrai, mais nous n'aurions pas un crime à punir et un ami à venger. Compagnon, avez-vous trempé dans cet horrible attentat? Êtes-vous du nombre de ceux qui l'ont commis ? Répondez.

On lui montre le corps enfermé dans le cercueil.

Le candidat

 NON.

Très Respectable Maître

Faites-lui faire le tour de cette chambre, peut-être que la vue de nos larmes et de notre désespoir atteindra son cœur et l'incitera au repentir et à l'aveu de son forfait.

Pendant que l'on se dispose à faire voyager le candidat et qu'il a le dos tourné au cercueil, on en fait sortir le Maître qui s'y était placé de manière à ne pas être vu par lui. Le Maître des Cérémonies prend le candidat par la main, le Frère préparateur, derrière lui, le tient par la corde, les quatre Maîtres armés l'escortent, on lui fait faire ainsi le tour de la Loge; on le conduit derrière le Très Respectable Maître, sur l'épaule duquel le Maître des Cérémonies lui fait frapper 5 coups (000-00).

Très Respectable Maître

Se retourne et demande :

Qui va là?

Le Maître des Cérémonies

Répond :

C'est un Compagnon parfait qui a fini son temps et qui a demandé à siéger dans la chambre du milieu.

Très Respectable Maître

Comment espère-t-il y parvenir ?

Le Maître des Cérémonies

En répondant par le mot de passe.

Très Respectable Maître

Comment le donnera-t-il, s'il ne le sait pas ?

Le Maître des Cérémonies

Je le donnerai pour lui (il le donne).

Très Respectable Maître

Passez Tubalcain !

On le conduit à l'Occident.

Très Respectable Maître

Faites avancer le candidat à l'autel.

On lui fait faire du Midi à l'Occident 3 pas d'apprenti et 5 de Compagnon et de l'Occident à l'Orient les 9 pas de Maître

Arrivé à l'autel, on lui place la main droite sur la Bible, et de la gauche on lui fait tenir un compas ouvert dont chaque pointe est appuyée sur une de ses deux mamelles.

(Voyez le cahier d'apprenti.)

 

OBLIGATION

 

« Je, N..., de ma libre volonté, en présence du Tout-Puissant et de cette R :. assemblée, promets et jure solennellement sur le Livre Sacré de la Loi et sur mon honneur de ne jamais révéler les secrets du Malt :. Maçon qui vont m'être confiés, de me conformer et d'obéir aux décrets du Souverain Grand Maître absolu du 90e et dernier degré et aux ordres de cette Respectable Loge. De garder les sûretés de mes Frères comme les miennes propres, de ne jamais leur faire tort, ni souffrir que tort leur soit fait; de les aider et servir de tout mon pouvoir dans quelque circonstance qu'ils puissent se trouver, de ne jamais chercher à séduire leurs femmes, leurs filles, ni leurs sœurs, de pratiquer constamment la tempérance, l'humanitéla reconnaissance et de travailler sans cesse à perfectionner mon âme et mon esprit, de m'efforcer de bannir de mon cœur l'ambition, l'orgueil et la cupidité, enfin je renouvelle ici mes précédentes obligations et je m'engage à les remplir sous peine (ici le Très Respectable Maître frappe un coup de maillet, tous les Frères font le signe d'ordre)... d'avoir le corps séparé en deux parties, dont une partie au Midi, l'autre au Septentrion, les entrailles brûlées, leurs cendres jetées au vent afin qu'il ne reste plus rien de moi; ce dont Dieu me préserve.

AMEN! AMEN! AMEN! »

Le Très Respectable Maître le tuile en Apprenti et en Compagnon et lorsqu'il a prononcé le mot sacré de ce dernier grade il lui dit : Frère JAKIN , vous allez représenter le plus grand homme du monde maçonnerie, notre Respectable Maître Hiram qui fut tué avant l'entier achèvement du temple de Salomon.

Toute la Loge se réunit autour du cercueil, le 2e assesseur au Midi et le 1er assesseur à l'Orient, chacun un glaive à la main. Le Très Respectable Maître à 1'Orient armé de son maillet.

Très Respectable Maître

David, roi d'Israël, forma le projet d'élever un temple au Tout-Puissant. Dans cette vue, il amassa de grands trésors, mais ayant cessé de suivre le sentier de la vertu et s'étant ainsi rendu indigne de la protection du Grand Architecte de l'Univers, cette gloire fut réservée à son fils Salomon. Ce prince avant d'entreprendre la construction de cet immense édifice en fit part au roi de Tyr, son ami, qui lui envoya Hiram, fameux architecte. Salomon, ayant reconnu les vertus et les talents d'Hiram, le chargea de tracer le plan du temple et lui donna la direction des ouvriers. Les travaux étaient considérables et le nombre des ouvriers leur était proportionné. Ces derniers étaient partagés en plusieurs classes et il leur fut affecté un salaire conséquent à leur habileté. Les Apprentis, les Compagnons les Maîtres entre autres avaient un mot pour se faire reconnaître et recevoir le salaire qui leur était alloué. Les apprentis s'assemblaient à la colonne B:., les Compagnons à la colonne J, les Maîtres dans la chambre du milieu. Quinze Compagnons voyant que le temple était presque achevé et qu'ils n’avalent pu obtenir le mot des Maîtres, parce que leur temps n'était pas encore expiré, résolurent de l'obtenir par la force du Respectable Maître Hiram à la première occasion afin de passer pour Maître en d'autres pays. Cependant de ces quinze Compagnons, trois seulement persistèrent dans leur dessein, leurs noms étaient : HAHEMDATH, HAGHEBOUROTH ET IIAKIBOUTH. Ces trois Compagnons sachant qu'Hiram allait tous les jours à midi faire sa prière dans le temple, pendant que les ouvriers se reposaient, furent se placer : Hakibouth à la porte du Midi, Hahemdath à celle d'Occident et Haghebouroth à celle de l'Orient et là ils attendirent qu'Hiram se présentât pour sortir.

Hiram dirigea d'abord ses pas vers la porte du Midi où Hakibouth lui demanda le mot de Maître. Hiram lui répondit qu'il ne pouvait le lui donner seul, et que d'ailleurs ce n'était pas ainsi qu'on le demandait ; qu'il fallait qu'il attendît patiemment que son temps fût fini. Haki­bouth peu satisfait de cette réponse lui donna un coup de règle au travers de la gorge.

Ici on conduit le récipiendaire au 2e assesseur qui le saisit et lui dit :

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Donnez-moi le mot de Maître.

Le récipiendaire

NON,

Très Vénérable Deuxième Assesseur

Lui donne un coup de règle à travers la gorge,

Après quoi le Maître des Cérémonies conduit le candidat au ler assesseur.

Très Respectable Maître

Hiram s'enfuit à la porte d'Occident, il trouve là Ilahemdath, qui lui fit la même question et qui sur le refus qu'il reçut lui donna un coup violent d'une équerre de fer dont il était armé.

Très Vénérable Premier Assesseur

Donnez-moi le mot de Maître,

Le récipiendaire

NON,

Très Vénérable Premier Assesseur

Lui donne un coup d'équerre sur le sein gauche,

Ensuite de quoi il est conduit devant le Très Respectable Maître qui continue :

Très Respectable Maître

Hiram ébranlé du coup qu'il venait de recevoir se traîna vers la porte d'Orient où il espérait trouver une issue libre pour s'échapper, mais là, il fut encore arrêté par Haghebouroth qui lui ayant fait la même demande et ayant reçu la même réponse lui assena sur le front un si terrible coup de maillet qu'il l'étendit mort à ses pieds.

Le Très Respectable Maître donne au récipiendaire un coup de maillet sur le front et le pousse. Deux Frères sont derrière lui pour le recevoir, on le couche dans la bière et on le couvre d'un drap noir, il doit tenir de la main droite une branche. de Tamaris. Le Très Respectable Maître continue :

Les 3 assassins s'étant rejoints se demandèrent réciproquement la parole de Maître mais voyant qu'ils n'avaient pu l'obtenir et désespérés d'avoir commis un crime inutile, ils s'attachèrent à en effacer les traces. Ils enlevèrent donc le corps d'Hiram et le cachèrent sous des décombres. La nuit, l'ayant enfermé dans un coffre, ils furent l'enterrer au pied d'un Tamaris à peu de distance de Jérusalem.

La disparition d'Hiram avait jeté l'alarme parmi les constructeurs du temple. Salomon en fit faire d'exactes recherches, mais inutiles. Alors les 12 Compagnons qui avaient abandonné le projet criminel d'attenter à la vie du Maître soupçonnèrent la vérité, ils se présentèrent à Salomon avec des gants et des tabliers blancs, comme des garants de leur innocence et l'informèrent de ce qui s'était passé. Le roi, envoya aussitôt ces 12 Compagnons  à la recherche du Maître et leur dit que s'ils parvenaient à le découvrir et qu'il fut mort; ils retinssent les premiers mots et les premiers gestes qui seraient alors articulés en leur intimant cet ordre, le roi Salomon qui craignait que le Maître dans les douleurs de l'agonie et espérant se soustraire à la mort n'eût laissé échapper les mots et les signes de la Maîtrise, avait l'intention d'y substituer, les premiers signes faits et les premiers mots prononcés à la vue du cadavre.

Les 12 Compagnons firent pendant 5 jours d'inutiles perquisitions et revinrent en rendre compte à Salomon qui alors députa 9 Maîtres pour le même objet. Ceux-ci se rendirent sur. le Mont Thabor et le deuxième jour vers le soir, l'un d'eux fatigué à l'excès de la route et de la chaleur de la journée fut s'asseoir au pied d'un Tamaris. Ayant observé que la terre était sous lui fraîchement remuée, il fouilla et bientôt apparut un coffre qu'il ouvrit sans peine et dans lequel il vit un cadavre, il appela ses camarades et leur fit part de la triste découverte. C'était le corps du Maître qui avait été assassiné et n'osant par respect pousser plus loin leur recherche, ils couvrirent la fosse et pour en reconnaître la place ils arrachèrent une branche de Tamaris qu'ils plantèrent au-dessus après quoi ils furent faire leur rapport au roi Salomon. Ce prince pénétré de la plus vive douleur jugea que ce ne pouvait être que son Grand Architecte Hiram. Il leur ordonna d'aller faire l'exhumation du corps et de l'apporter à Jérusalem.

Les Maîtres se revêtirent de leurs tabliers et de gants blancs et le 2e jour rendus au Mont 'Thabor, ils firent la levée du corps accompagnés de la veuve en pleurs. Imitons, mes Frères, nos anciens Maîtres et comme eux essayons d'enlever les restes de notre malheureux Maître Hiram.

Tous les Maîtres se lèvent et suivent le Très Respectable Maître qui fait 2 fois le tour du cercueil ; arrivé à la droite du récipiendaire, il lui prend la branche de Tamaris, puis il dit :

Très Respectable Maître

Nous sommes parvenus aux lieux qui renferment le corps d'Hiram. Cette branche de Tamaris en est le sinistre indice, la terre en effet paraît remuée depuis peu, éclaircissons nos affreux soupçons.

Il retire le drap qui couvre la figure du récipiendaire et au même instant il fait le signe d'horreur et dit :

ADONAI! ADONAI! ADONAI!

Tous les Frères font de même, et le Très Respectable Maître continue :

Très Respectable Maître

C'est bien le corps de notre infortuné Grand Maître acquittons-nous mes Frères du devoir douloureux que nous imposa Salomon en exhumant ce cadavre respectable.

Le Très Respectable Maître prend le candidat par l'index de la main droite, lui donne l'attouchement d'apprenti et dit :

BOAZ

Ensuite il lui donne l'attouchement de Compagnon et dit :

JAKIN

MAKBENA, enfin il le prend par le poignet et à l'aide des deux assesseurs qui sont à ses côtés, il le relève par les 5 points de perfection, en prononçant le mot sacré

MOHABON.

Très Respectable Maître

Remonte à l'autel, les assesseurs ainsi que les Frères retournent à leurs places.

On fait approcher le récipiendaire de l'autel et il y renouvelle son obligation.

Je, N..., renouvelle la promesse que j'ai déjà faite de ne jamais rien divulguer des secrets qui m'ont été et vont m'être confiés.

On lui tient les deux pointes d'un compas sur le sein,

Très Respectable Maître

A la Gloire du Tout-Puissant, au nom et sous les Auspices de la Puissance Supérieure de l'Ordre Maçonnique de Misraïm et en vertu des pouvoirs qui m'ont été délégués, je vous crée et constitue Maître Maçon au Rite de Misraïm.

(Voyez le cahier d'apprenti.)             '

Le Très Respectable Maître pose sur la tête du récipiendaire le glaive sur la lame duquel il frappe 7 coups (0-000000), l'embrasse et lui confie les signes, mots et attouchements.

Quand les mots, signes et attouchements ont été conférés, on fait placer le récipiendaire au Midi, et l'Orateur lui adresse un discours.

(Voyez pour le reste de la tenue, le cahier d'app:. )

 

 

 

INSTRUCTION

 

D. — Très Vénérable Frère 1er assesseur, d'où venez-vous ?

R. — De l'Occident, Très Respectable Maître

D. — Où allez-vous ?

R.. —A l'Orient.

D. — Pourquoi quittez-vous l'Occident pour aller à l’Orient ?

R. — Parce que la lumière paraît d'abord à l'Orient.

D. — Qu'allez-vous faire à l’Orient ?

R. — Chercher une Loge de Maître.'

D. — Êtes-vous Maitre ?

R. — Tous les Maîtres me reconnaissent pour tel.

D. — Où avez-vous été reçu ?

R. — Dans la Chambre du Milieu.

D.. — Comment y êtes-vous parvenu ?

R. — Par un escalier en forme de vis, composé de 3,5 et 7 degrés et en passant de l'équerre au compas.

D. —- A quelle préparation vous soumit-on d’abord ?

R. — Deux fois neuf jours, avant celui fixé pour ma réception, pour s'assurer qu'il ne restait sur ma vue aucune partie du voile, que l'on m'avait aidé à déchirer dans les initiations précédentes, on me soumit questions à la solution desquelles était attachée mon admission ou mon rejet. Neuf jours après on vint chercher ma réponse à ces neufs questions, et enfin le jour arrêté pour ma réception on m'introduisit dans le parvis du temple, les yeux bandés, le bras et le sein nus, une équerre suspendue au bras droit, et dépouillé de tous métaux.  ..

D. — Que fit-on de vous dans cet état ?

R. — Je fus conduit par le Frère Grand Expert       à la porte du temple et laissé un instant seul

D. — Qu'entendîtes-vous ?

R. —Des plaintes et des gémissements, on parlait de dépouilles mortelles, de justice, de vaines recherches et le silence effrayant qui régnait par intervalles n'était interrompu que par des sons lugubres et prolongés.

D. — Que vous arriva-t-il?

R. —Le calme le plus profond avait succédé aux cris douloureux que je venais d'entendre, quand le Frère Grand Expert vint me trouver et m'annonça qu'il allait demander pour, moi l'initiation à la Maîtrise.

D. — Comment fûtes-vous présenté ?

R. — Par neuf coups frappés lentement.

D. — Quelles furent les formalités utilisées dans votre réception ?

R. — Après que neuf coups eurent été frappés à la porte du temple, j'entendis une voix qui demandait : Qui est là? Le Grand Expert répondit pour moi que j'étais un Compagnon qui ayant fini son temps demandait l'initiation à la Maîtrise.

D. — Comment fûtes-vous introduit ?

R. — Par le mot de passe.

D. — Que fîtes-vous quand vous fûtes entré ? .

R. — Le tour de la Loge.

D. — Rien ne vous arriva-t-il?

R. — J'éprouvai un obstacle derrière le Très Respectable Maître

D. — Que devîntes-vous ?

R. — On me fit marcher du Midi à l'Occident par 3 et 5 et j'arrivai par 9 à l'Orient où je prêtai l'obligation solennelle des Maîtres.   

D. — Que fit-on de vous quand vous l'eûtes prêtée ?

R. — On me fit représenter notre Respectable Maître Hiram qui fut tué avant l'entier achèvement du temple de Salomon, puis conduit au Très Respectable Maître et aux 1er et 2e Très Vénérables frères Assesseurs je reçus la même demande et fus frappé de la même manière qu'Hiram lorsque Hahemdath, Haghebouroth et Hakibouth l'assassinèrent.

D. — Que vous arriva-t-il ensuite ?

R. — Après m'avoir donné le dernier coup on m'étendit par terre.

D. — Comment fûtes-vous relevé ?

R. — Par les 5 points de perfection.

D. — Quels sont-ils ?

R. — Le Pied droit contre le Pied droit, la Main droite dans la Main droite, la Main gauche derrière le dos, le genou contre le genou et le sein contre le sein du Maître que l'on tuile.

D. — Quel est le sens caché sous l'emblème de cet attouchement ?

R. — Pied contre pied signifie que l'on doit toujours être prêt à voler au secours de ses Frères, main en main qu'on les assistera dans tous leurs besoins, la main gauche derrière le dos qu'on les soutiendra de tout son pouvoir, genou contre genou que l'on doit s'incliner sans cesse devant l'Etre Suprême, enfin sein contre sein qu'il ne faut point divulguer les secrets dont on est dépositaire.

D. — Où gardez-vous les secrets qui vous ont été confiés ?

R. — Dans le Cœur.

D. — Que fîtes-vous quand vous fûtes relevé ?

R. — Je renouvelai mon obligation, ensuite de quoi on me conféra les signes, mots et attouchements du degré de Maître

D. — Combien y a-t-il de signes ?

R. — Trois, qui sont le signe d'ordre, le signe d'horreur et le signe de secours

D. — Faites-les-moi.

R. — (On les fait.)

D. — Combien y a-t-il d’attouchements ? .

R. — Deux, savoir l'attouchement de passe et la griffe.

D. — Donnez ces attouchements au Vénérable Frère Grand Expert

R. — (On les donne.) Le Frère Grand Expert dit : lls sont justes Très respectable Maître

D. — Combien y a-t-il de paroles ?         

R. — Deux, Très Respectable Maître, la parole de passe et le mot sacré.

D. — Donnez-les-moi. .         

R. — Je ne puis les dire à haute voix.

D. – Veuillez alors, Très Vénérable Frère, les dire au vénérable Frères Grand Expert comme l'Ordre l’exige.

R. – (Le Très Vénérable Frère 1er assesseur donne le mot sacré et la parole de passe au Vénérable Frère Grand Expert qui dit ensuite : Ils sont justes, Très Respectable Maître)

D. – Combien y a-t-il en tout de signes de reconnaissance ?

R. – Sept extérieurs, Très Respectable maître, trois signes, deux attouchements et deux paroles.

D. – Pourquoi, mon Frère ce nombre sept ?

R. – Il est celui de la perfection physique et morale et c'est à cette dernière que l'on doit reconnaître un Maître Maçon.

D.De tout ce que vous m'avez dit dans le cours de cette instruction ne faudrait-il pas induire que l'institution du degré de Maître ne date que du temps du roi Salomon ?

R. – L'institution en est de beaucoup antérieure ; il est vrai qu'à cette époque la Maçonnerie essuya de grands changements, que le grade de Compagnon fut institué et que dès lors seulement elle prit le nom de Maçonnerie, mais le fond, la doctrine, les usages sont les mêmes et n'ont jamais varié.

D. – Quels sont les changements qu'à cette époque éprouva la Maçonnerie et quelles furent les motivations qui les déterminèrent ?

R. – Les Égyptiens, en perfectionnant les sciences qui leur furent confiées par les Sages de la Chaldée, les environnèrent d'emblèmes bizarres aux yeux du vulgaire, mais sublimés aux yeux de ceux qui en possédaient la connaissance. Moïse fut initié à leurs mystères, ce grand législateur s'en forma la plus haute idée et résolut de l'établir au sein de la tribu privilégiée ; il exécuta cette entreprise et le Mont Sinaï fut témoin de la I initiation, pénétré d'un religieux respect pour les emblèmes ingénieux dont les mages avaient enveloppé les Vérités Sublimes de la morale et de la physique, il se garda bien d'y rien changer. Ses successeurs usèrent de la même réserve et ce ne fut enfin que sous le règne de Salomon qu'un indiscret, dont le nom s'est perdu, ayant laissé échapper le secret des symboles de l'Ordre, excita les murmures d'une populace aveugle contre ce qu'elle appellera les enseignes du paganisme.

Les initiés craignant pour l'Ordre demandèrent avis au roi Salomon pour la substitution de nouveaux hiéroglyphes à la place de ceux conservés des Égyptiens. Salomon approuva leur prudence et après de mûres conférences, il fut convenu que les anciens hiéroglyphes seraient remplacés par des figures d'instruments propres à la construction matérielle.

D. – En quoi les nouveaux emblèmes diffèrent-ils des anciens ?

R. – La plupart des hiéroglyphes égyptiens présentaient des êtres animés formés quelquefois de parties appartenant à des êtres fort peu ressemblants par leurs formes extérieures et par leurs inclinations, les combinaisons numériques et géométriques dans leur résultat étaient hiéroglyphiques ; les nombres trois, quatre, sept, neuf, et le générateur UN étaient des emblèmes respectés. Le triangle était un hiéroglyphe sacré, le cercle était le symbole de l'éternité, le cube celui de la force. Les hiéroglyphes maçonniques sont les mêmes avec cette différence pourtant que les symboles animés sont remplacés par des figures d'instruments de mathématique et de maçonnerie.

D. – Qu'était chez les Égyptiens le grade de Maître ?

R. – Le même pour le fond et pour une infinité de détails. L'allégorie en est chez nous, comme chez eux, la régénération morale, sous l'emblème de la régénération physique. Toute régénération suit une fin, toute fin est amenée par des principes destructeurs : ici Hiram (c'est-à-dire Pureté de Vie) est tué par Hahemdath, Haghebouroth et Hakibouth, noms hébreux qui signifient : orgueil, ambition et cupidité. Là c'était Arsy (l'existence) que tuait son frère Typhon (nom qui exprimait un débordement) ou mieux on l'envisageait sous le côté symbolique, la désagrégation de la matière pour opérer une nouvelle succession de formes. Cette désagrégation était figurée par le nombre 9. Typhon commettait le crime avec 72 complices dont le nombre additionné avec celui de 9 affecté à la désagrégation de la matière donnait 81, produit de cette addition et de la multiplication de 9 par 9 et symbole de la régénération éternelle des êtres.

D. – Qu'est-ce que la Maçonnerie ?

R. – La connaissance de la nature et de ses lois.

D. – Qu'est-ce qu'un Maître Maçon ?

R. – Un homme exempt des faiblesses et des préjugés vulgaires, dont l'unique but est la perfection morale, dont l'unique route est une continuelle régénération de l'âme, c'est-à-dire, une constante et scrupuleuse attention de combattre les passions avilissantes et les vices inhérents à l'espèce humaine.

D.Où se rencontre-t-on?

R. – Entre l'équerre et le compas.

D.A quel nombre de Frères la Loge de Maître est-elle parfaite ?

R. – Au nombre de 9 savoir un Très Respectable Maître deux Très Vénérables Maîtres ler et 2e assesseurs et 6 Venérables Maîtres.

D. – Pourquoi les 3 premiers officiers se servent-ils de maillet ?

R. – C'est afin de nous rappeler sans cesse que, de même que la matière rend des sons quand on la heurte, de même nous devons être sensibles aux cris de la vertu et aux bienfaits du Tout-Puissant.

D. – Sur quoi travaillent les Maîtres ?

R. – Sur la planche à tracer.

D. – Où reçoivent-ils leur salaire ?

R. – Dans la chambre du milieu.

 

 

 

CLÔTURE

 

 

Le Très Respectable Maître frappe un coup et dit :

Debout et à l'ordre de Maitre, mes Frères, pour fermer les travaux.

Très Respectable Maître

Frère 2e acolyte, quelle est votre place en Loge de Maitre ?

Deuxième Acolyte

A la droite du Très Vénérable Frère ler assesseur

Très Respectable Maître

Pourquoi, mon Frère ?

Deuxième Acolyte

Pour porter ses ordres au Très vénérable Frère 2e assesseur, et veiller à ce que les Frères se tiennent décemment sur les colonnes.

Très Respectable Maître

Où se tient le Vénérable Frère 1er acolyte ?

Deuxième Acolyte

A la droite du Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Pourquoi, Vénérable Frère le acolyte ?

Premier Acolyte

Pour porter vos ordres au Très Vénérable Frère le assesseur et à tous les officiers dignitaires, afin que les travaux soient plus promptement exécutés.

Très Respectable Maître

Où se tient le Très Vénérable Frère 2e assesseur

Deuxième Assesseur

Au Midi, Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Pourquoi, Très Vénérable Frère 2e assesseur

Deuxième Assesseur

Pour mieux observer le soleil à son méridien, envoyer les ouvriers du travail à la récréation, les rappeler de la récréation au travail et le tout pour le bien de l'humanité, et la prospérité de l'Ordre et de la Loge.

Très Respectable Maître

Où se tient le Très Vénérable Frère 1er assesseur

Premier Assesseur

A l'Occident.

Très Respectable Maître

Pourquoi, Très Vénérable Frère ler assesseur ?

Premier Assesseur

Comme le soleil se couche à l'Occident pour fermer le jour, de même le ler assesseur se tient dans cette partie pour fermer la Loge, payer les ouvriers et les renvoyer contents et satisfaits.

Très Respectable Maître

Les ouvriers sont-ils contents, mon Frère ?

Premier Assesseur

Ils le témoignent, Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Très Vénérable Frère 2° assesseur, quel âge avez-vous comme Maître Maçon ?

Deuxième Assesseur

7 ans, Très Respectable Maître

Très Respectable Maître

Combien de temps travaillent les Maîtres ?

Deuxième Assesseur

Depuis midi jusqu'à minuit.

Très Respectable Maître

Quelle heure est-il, Très Vénérable Frère 1er assesseur ?

Premier Assesseur

Minuit, Très Respectable Maître et le soleil est au méridien inférieur.

Très Respectable Maître

Puisque le soleil est entré au méridien inférieur et qu'il est l'heure de fermer les travaux, joignez-vous à moi, Très Vénérables Frères 1er et 2' assesseur, pour y procéder.

Alors le Très Respectable Maître donne le baiser de paix au ler acolyte qui va le porter au ler assesseur, lequel l'envoie au 2e par le 2e acolyte ensuite de quoi le Très Respectable maître frappe 7 coups suivant la batterie du grade que les assesseurs répètent et dit :

Très Respectable Maître

Au nom du Tout-Puissant, la chambre du milieu, troisième degré du Rite de Misraïm est fermée.

Retirons-nous en paix, mes Frères, mais jurons auparavant de ne rien divulguer des travaux du jour.

Les Frères étendent la main et disent :

Nous le jurons.

Alors le Très Respectable Maître dit :

A moi, mes Frères, par le signe.

Il fait le signe, la batterie et termine par l'acclamation ordinaire.

 

 

FIN DES RITUELS DE MISRAÏM

 

Xxxxxxxxxx